Montbéliard, un cas d’école

Fermée depuis 4 mois, la maternité de la clinique de Montbéliard ferraillait avec l’ARS. C’est en répondant à l’ultime exigence non contractuelle de l’ARS, qu’elle arrache l’autorisation de redémarrer son activité. Ce n’est pas une victoire contre l’ARS Franche-Comté mais le succès des différents professionnels de santé intelligemment coordonnés et soudés tant sur le plan régional que national : la direction de l’établissement soutenue directement par la FHP régionale et la FHP-MCO, les salariés de la maternité et les praticiens libéraux montés en première ligne via tout particulièrement le soutien indéfectible du syndicat Le Bloc. Tous ont parlé le même langage, ont témoigné des mêmes convictions et visé le même objectif, celui du maintien d’une maternité de proximité, de qualité, accessible à toutes et permettant sur le territoire, d’honorer le libre choix des parturientes. L’argumentation de la tutelle pour maintenir sa décision de fermeture était injuste et inéquitable car les exigences réglementaires des décrets de 1998 étaient au final très largement respectées. Au-delà d’une démarche contestable, l’ARS est restée cohérente avec elle-même réclamant depuis le départ, la présence d’un gynécologue à temps plein, et autorisant la réouverture de la maternité dès la confirmation d’un recrutement. Soulignant la dimension symbolique du dossier, la profession s’est mobilisée : organisations médicales, Le Bloc, la FHP-MCO, puis la FHP, s’appuyant notamment sur l’avis favorable de la Commission spécialisée de l’organisation des soins (CSOS). Un jeu de rôle gradué des différents acteurs tenaces et mobilisés qui a porté ses fruits. À Montbéliard, comme ailleurs, il ne suffit pas d’avoir raison, fallait-il encore se mobiliser. C’est chose faite.
Bon vent à toute l’équipe !

Lamine Gharbi
Président du syndicat national FHP-MCO 

Le clin d‘œil de la semaine

« Le service public, monopole de l’hôpital ‘ façon ministère ’, est au service de l’hôpital, les cliniques, elles, sont au service du public ». Patrick Giordani (PDG du groupe Hexagone, Nîmes).
Par ailleurs, nous notons que le « système » les récompense bien (!) : dans la soixantaine de personnes promues à la Légion d’honneur le 14 juillet 2014 dans le domaine de la santé, une seule est issue de nos rangs : le Dr Gérard d’Abbadie, PDG du groupe Les Flamboyants (SSR, Ile de la Réunion). Bravo à lui !

IRM : les cliniques ne demandent qu’à faire mieux !

Alors que les applications de l’IRM se multiplient sous l’effet notamment des progrès technologiques et de la recherche, le nombre d’appareils n’est toujours pas suffisant pour répondre à la demande, notamment celle fixée par le dernier Plan cancer. Pire même, le nouveau rapport de Cemka-Eval, commandé par Imagerie Santé Avenir, montre que les délais de rendez-vous sont repartis à la hausse en 2014, après une période de baisse régulière. Le rapport pointe des inégalités régionales : le Nord-Pas-de-Calais arrive en première position avec 14,3 IRM par million d’habitants, la Bourgogne, la Basse-Normandie, les Pays-de-Loire et la Corse affichent un taux inférieur à 8. Le délai moyen d’obtention d’un rendez-vous s’est allongé en 2014 à 37,7 jours (30,5 jours en 2013). Pour mémoire l’objectif du Plan cancer 2014-2019 est de 20 jours maximum.

Social : pas d’accord trouvé sur le contrat de génération

À l’issue de plusieurs mois de négociation en Commission mixte paritaire (CMP), un accord de branche sur le contrat de génération était mis à la signature jusqu’au 10 juillet 2014. Ce texte a été signé par la FHP et le SYNERPA d’une part et, par la CFTC et la CFE-CGC d’autre part. N’ayant pas recueilli une représentativité de 30 %, cet accord de branche ne peut donc pas être déposé. Du fait de la non-application de cet accord, nous invitons les établissements de 50 à 300 salariés à négocier d’ici le 31 mai 2015, un accord d’entreprise ou un plan d’action afin d’échapper à la pénalité.
(Voir Flash FHP du 16 juillet)

I-SATIS, n’oubliez pas !

L’indicateur de mesure de la satisfaction des patients hospitalisés au sein des établissements de santé MCO (I-SATIS) est généralisé. Il repose sur une enquête téléphonique après la sortie de la personne hospitalisée auprès de patients volontaires, par un institut de sondage indépendant de l’établissement de santé, au moyen d’un questionnaire national, comprenant 33 questions obligatoires. Si les établissements de santé sont libres de gérer leur calendrier ainsi que les modalités des différentes étapes, l’instruction du 7 mars 2014 précise que c’est sous condition qu’ils respectent les dates de début, la fin de chaque étape et la date de clôture de l’enquête prévue le lundi 15 septembre 2014. Pour plus d’informations : Fatiha ATOUF (fatiha.atouf.mco@fhp.fr) et le Baqimehp (info@baqimehp.com)

Formation en management de développement durable

L’Institut des sciences de l’entreprise et du management à l’Université Montpellier I, en partenariat avec le C2DS et le Centre d’études supérieures en économie et gestion hospitalière (CESEGH), proposent à nouveau cette année une formation universitaire (DU) dès la rentrée de septembre. Quelques places sont encore disponibles ! Cette formation s’adresse aux managers, cadres hospitaliers, médecins et inspecteurs de l’action sanitaire et sociale. Plus qu’une formation universitaire, il s’agit là d’une véritable pépinière propice au développement des réseaux de professionnels qui ont comme préoccupation commune de trouver des solutions managériales, environnementales, sociales et sociétales aux enjeux des établissements de santé.
Pour plus d’informations, consultez c2ds.eu/actualite.php

(1) commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.