Projet de loi Santé : pour que la France garde son modèle et sa liberté

La spécificité du modèle de santé français aujourd’hui est qu’il est étroitement lié au concept de liberté : reflet de notre histoire, c’est à partir de nos valeurs – liberté, égalité, fraternité – que le système s’est construit. Selon Frédéric Bizard, le projet de loi santé ferait évoluer notre système vers un modèle à l’anglaise : quels en sont les aspects et pourquoi ce modèle ne correspondrait pas à notre société ?

 

Dans son article publié dans les Echos, Frédéric Bizard livre son parallèle fait avec le système de santé anglais et son analyse du projet de loi santé.

Le projet de loi de santé actuel est une véritable boite à outils pour passer du modèle français au modèle anglais (NHS) : tiers payant généralisé – existant dans le NHS depuis sa création –  inséparable du choix imposé de son médecin, du médecin salarié et du rationnement par les files d’attente,  transfert des pouvoirs d’organisation et de l’offre de soins à des agences d’État – composées d’agents sanitaires et sociaux et dirigées par la haute administration publique. Toutes ces évolutions sont des marques de l’abandon de notre modèle, dont la gouvernance s’appuie sur la démocratie sociale.

Ce modèle anglais est compatible avec une approche utilitariste de la société, qui substitue l’utilité à la justice : les Anglais acceptent qu’une partie de la population n’ait pas accès à certains traitements parce qu’elle est trop âgée, ou qu’elle soit victime de lourdes pertes de chance dans le cancer du fait des files d’attente parce qu’elle n’a pas les moyens de sortir du NHS. Les Français l’accepteront-ils ? D’après Frédéric Bizard, probablement pas ! Seules les premières victimes du changement de modèle, les médecins libéraux, se rebellent à ce jour.

La solution n’est pas dans une simple réécriture précipitée du projet de loi actuel, mais elle passe par une grande concertation nationale visant à adapter notre modèle de santé aux nouveaux enjeux du XXIe siècle. Il faut refonder notre modèle social en général et de santé en particulier, dans le respect de l’équilibre et de l’histoire de France.

Pour lire tout l’article de Frédéric Bizard, économiste de la santé, sur les echos.fr, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.