Australie : pas de vaccins, pas d’allocations familiales !

Après la polémique du Professeur Joyeux, à l’origine d’une pétition controversée sur les dangers de la vaccination, le débat sur les vaccins est relancé. La France est un des rares pays au monde où les parents risquent une amende et jusqu’à deux ans de prison pour refuser de faire administrer le vaccin DTP à leur enfant

 

Dans d’autres pays, comme les USA ou l’Australie, il est nécessaire pour les enfants d’être vacciné pour aller à l’école, mais l’obtention d’exemptions sous prétextes religieux ou philosophiques est tout à fait envisageable. Exemptions de plus en plus populaires, qui ont notamment conduit à la résurgence de la rougeole aux USA

Selon le Daily Telegraph, plus de 39 000 enfants australiens de moins de 7 ans ne sont pas vaccinés : chiffre en forte augmentation ces dix dernières années puisqu’en 2005 ils n’étaient que 24 000. Pour freiner la tendance, Tony Abbott – premier ministre du pays – a annoncé que les parents ne préférant pas faire vacciner leurs enfants n’auront plus le droit à aucune allocation familiale : suspension qui s’élève environ à 10 000 euros par an par famille !

Le mouvement anti vaccins est particulièrement obstiné dans son militantisme : comme la majorité des religions n’est pas opposée aux immunisations vaccinales, le réseau propose aux familles sceptiques de rejoindre une fausse religion – l’Eglise du vivant conscient – afin d’obtenir leur exemption religieuse… Ces personnes seront probablement prêtes à perdre de l’argent pour continuer à refuser de faire injecter les vaccins à leurs enfants !

Cette mesure entrera en vigueur en 2016 en Australie.
En France, le Conseil national de l’ordre des médecins a annoncé le 25 juin 2015 qu’il portait plainte devant la chambre disciplinaire de première instance de Languedoc-Roussillon contre le professeur Henri Joyeux, initiateur le 13 mai d’une pétition sur les dangers de la vaccination qui a recueilli depuis près de 680 000 signatures.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.