Laetitia Buscoz, directrice du Baqimehp

Le Baqimehp, bras technique de l’hospitalisation privée

Le Baqimehp (Bureau de l’assurance qualité et de l’information médico-économique de l’hospitalisation privée) a été créé par et pour l’hospitalisation privée il y a une vingtaine d’années. Pour sa rentrée, le 13h donne la parole à Laetitia Buscoz, directrice.

Le Baqimehp est-il avant tout connu pour son catalogue de formation ?


Le Baqimehp, c’est avant tout une philosophie, celle de l’efficience. Cette compétence à développer l’efficience au sein des structures fait en partie notre notoriété. Notre équipe a constamment à l’esprit l’exigence de performance qu’attend le chef d’entreprise qui nous fait confiance.

Notre notoriété s’est construite au fil des années aussi grâce aux formations. Nous formons plusieurs milliers de professionnels de santé au travers des 560 journées de formations délivrées en intra et plus de 500 personnes en inter-entreprise chaque année. Nous analysons systématiquement les retours des questionnaires de satisfaction et je constate que la satisfaction est très élevée. Le catalogue 2017 sortira en octobre mais il n’est pas gravé dans le marbre et s’actualise tout au long de l’année. Notre force est précisément de s’adapter à l’actualité du secteur et aux besoins des dirigeants. Quand un nouveau texte important sort, nous nous employons à répondre le plus vite possible à la nouvelle problématique qu’il pose en matière de formation.

Quel type d’accompagnement aux établissements de santé proposez-vous ?

Le cœur de notre métier c’est la qualité et la gestion des risques, mais nous travaillons également sur des sujets médico-économiques comme le PMSI, les ressources humaines…  Nous accompagnons entre 3 et 400 établissements par an. La demande principale concerne la certification même si nous réalisons aussi des audits du bloc opératoire, du circuit du médicament, etc. Nous intervenons sur site et sur mesure. Nous accompagnons certaines structures sur le long terme, le dirigeant possède une culture « qualité » forte mais a besoin d’un œil externe pour conforter ses choix, il nous demande de re-aiguillonner ses équipes, et nous préparons avec eux en amont leur certification. Parallèlement, nous répondons à des « appels SOS », quand la certification n’a pas été correctement préparée, ou la HAS a posé des réserves qu’il convient de lever. Nous intervenons dans ce cas de façon concentrée en apportant outils et méthodes.

Il faut savoir que le Baqimehp, c’est une équipe de 8 ETP et un 9e à partir d’aujourd’hui et entre 15 à 20 vacataires spécialisés (pharmaciens, gestionnaires des risques, cadres de soin, etc.).

Depuis nos changements de statuts en 2013, nous nous ouvrons au secteur médico-social. Par ailleurs, notre expertise est arrivée jusqu’aux oreilles du secteur public pour lequel nous accompagnons quelques CH.

Pourquoi avez-vous créé un Conseil scientifique en 2015 ?

Ce conseil a toujours existé mais a été renouvelé en 2015 à la suite de l’installation de notre nouvelle gouvernance. Il arrive en soutien et cadrage de notre troisième axe d’action qui est celui du conseil à la profession. Notons que nous sommes une des parties prenantes majeures de nombre de tutelles comme la HAS ou la DGOS. Nous ne sommes pas un syndicat et n’avons aucune prérogative politique, nous sommes le bras technique de défense de l’hospitalisation privée. Notre connaissance de terrain est ici aussi une grande force.

Ce conseil scientifique est présidé par le Dr Paul Garassus, économiste de la santé et président de l’UEHP. Le conseil exerce un rôle de contrôle et de cadrage techniques mais également élabore des propositions d’ordre médico-économique visant à améliorer l’efficience des établissements. Nous avons souhaité un tour de table pluriel et ainsi des universitaires, des représentants des URPS, des usagers, de l’ANAP, HCAAM, etc., composent le comité.

Le Baqimehp en chiffres

  • 9 ETP ;
  • Entre 15 et 20 vacataires ;
  • Aux 50 formations du catalogue, s’ajoutent les formations sur mesure et les nouvelles sessions liées à l’actualité du secteur ;
  • 3 à 400 établissements accompagnés chaque année ;
  • Coût d’une journée d’intervention : 1 700 euros/jour ; 1 400 euros/jour à partir du 5e jour ;
  • Le Baqimehp est une association de loi 1901.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.