Les officines et les nouveaux schémas de santé

Selon les estimations moyennes, le nombre d’objets connectés en possession des utilisateurs dans le monde dépassera les 50 milliards. (1) Le patient connecté comme on peut le qualifier, télécharge les applications les plus connues et certifiées, soit uniquement 12 % de l’offre globale de dispositifs connectés. Cerner l’écosystème naissant et se prémunir des risques en amont de pathologies est une avancée de taille. Néanmoins le vaste secteur de la santé, à commencer par les pharmacies d’officine, ont leur mot à dire pour proposer des solutions digitales aux patients pour ainsi introduire progressivement l’eSanté sur le terrain de la santé publique.

Quel rôle du pharmacien connecté ?

Les premières conséquences de la digitalisation de la société se font sentir au niveau de l’utilisation individuelle de tensiomètres connectés, capteurs d’activité et piluliers intelligents. Pour une réflexion plus globale, il faut trouver un levier pour démocratisation de nouvelles innovations de santé. A mi-chemin entre le corps médical et un commerce de proximité, le pharmacien se transforme peu à peu en prescripteur de solutions de santé 2.0. Ses rôles essentiels sont d’accompagner les e-patients en tant que référent santé et développer une offre d’objets de santé en officine.

Vers une digitalisation des ordonnances « papier » ?

Tout porte à croire que l’impact du big data dans l’ère numérique sera totale. En tête, la santé commence à se créer des pôles des données collectées qui doivent être lues, analysées, transformées. La dématérialisation des piliers de la Santé Publique vise à retranscrire le parcours d’un patient de manière fluide et transparente. Les tâches courantes comme la gestion des ordonnances et relances de traitement sont considérées comme des actions à faible valeur ajoutée (2). Une digitalisation des fondements des ordonnances pour une officine permettrait de s’acquitter de cette tâche automatiquement et d’avoir un meilleur suivi du patient, d’apporter une meilleure traçabilité des médicaments et faciliter les renouvellements de traitements médicaux.

Pas tout à fait assumé, la digitalisation du monde médical n’en est qu’à ses débuts. L’exemple de la proximité et du relationnel du  pharmacien est idéal pour accompagner et « éduquer » les patients aux changements structurels de la santé. Cette force vive de 22 000 pharmacies en France (3) doit être exploitée pour démocratiser les nouveaux parcours de soins à grande échelle.
(1) http://www.gie-gers.fr/objets-connectes-une-revolution-dans-lindustrie-de-la-sante/

(2) http://lapharmaciedigitale.com/patients-dispensation-innovation-pharmacie/

(3) http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-163862-les-nouveaux-territoires-de-conquete-de-la-pharmacie-2050791.php

http://lapharmaciedigitale.com/strategie-digitale-amenagement-pharmacie/

http://lapharmaciedigitale.com/place-objets-connectes-pharmacie/

Partager : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *