Soins de support en cancérologie

Instruction n°DGOS/R3/INCa/2017/62 du 23 février 2017 sur l’amélioration de l’accès aux soins de support des patients atteints du cancer

A la suite de la parution en octobre 2016 d’un rapport de l’INCa intitulé « Axes opportuns d’évolution du panier de soins oncologiques de support » la DGOS vient de publier, à l’attention des ARS, une instruction concernant l’amélioration de l’accès aux soins de support.

Cette démarche s’inscrit dans le cadre du déploiement des actions 7.6 (assurer une orientation adéquate vers les soins de support pour tous les malades) et 7.7 (améliorer l’accès à des soins de support de qualité) du plan cancer 2014-2019.

Le socle des soins de support reste inchangé depuis le décret du 21 mars 2017 :
– douleur
– soutien psychologique
– accès aux services sociaux
– démarche palliative.

S’y ajoutent cependant 5 nouveaux soins de support bénéfiques dans les prises en charge aigües afin d’éviter les récidives ou d’améliorer l’après cancer :
– l’activité physique adaptée
– les conseils d’hygiène de vie
– le soutien psychologique des proches et aidants
– la préservation de la fertilité
– la prise en charge des troubles de la sexualité

2 techniques d’analgésie sont également intégrées au panier de soins de support :
– l’hypnose-analgésie
– et l’analgésie intrathécale
(Cf. détails pages 16 à 18 du rapport d’expertise de l’INCa)

Les ARS doivent réaliser un diagnostic régional de ces offres de soins et les recenser dans le cadre des « répertoires opérationnels de ressources » (ROR) ou dans des annuaires de ressources ad hoc. Elles doivent également les intégrer à la réflexion sur les nouveaux projets régionaux de santé (PRS) en cours d’élaboration actuellement.

Dans un contexte de ressources contraint, elles doivent aussi mutualiser autant que possible ces moyens notamment dans le cadre des groupements hospitaliers de territoire (GHT) et intégrer leur organisation dans un axe du projet médical du GHT.

Il est également recommandé aux ARS de promouvoir la « montée en charge des acteurs de ville pour une prise en charge plus en proximité du domicile » (plates-formes territoriales d’appui pour aider à la coordination des parcours complexes en soins de support et réseaux régionaux de cancérologie pour développer des actions de formation et d’information des professionnels libéraux notamment).

Les ARS disposent du FIR (fonds d’intervention régional) pour allouer des moyens financiers aux structures et acteurs qui contribuent à l’offre mais ont la possibilité « d’opérer des réallocations au regard des évolutions souhaitées de l’offre ainsi qu’entre secteur hospitalier et secteur de ville. »

Nous vous incitons à rester vigilants sur ces futurs travaux, en région, car un certain nombre de financements vont donc évoluer. Il s’agit bien là, comme le précise cette instruction d’une « répartition des financements des soins de support entre les structures et les acteurs qui contribuent à l’offre ».

Sophie BUSQUET de CHIVRÉ (sophie.busquet.mco@fhp.fr) est à votre disposition pour tout renseignement complémentaire sur ce sujet.

À télécharger

Thierry Béchu

Délégué Général de la FHP MCO depuis 2008, Thierry Béchu, impliqué dans le monde de la santé depuis 1991, a assuré les fonctions de directeur d’établissement de santé privés, notamment au sein du Groupe 3H avant de s’impliquer dans la vie syndicale, fort de cette expérience de terrain.

Voir tous les articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.