L’hospitalisation privée, promoteur en recherche et innovation

Les médias nationaux s’en font largement l’écho cette semaine : R&D et innovations prometteuses se développent au sein des établissements de santé privés. Les médecins pionniers ont structuré leur R&D au sein de GCS. D’autres, nouveaux, se manifestent et se regroupent pour mener des projets collaboratifs. Une nouvelle réalité de la recherche se dessine.

Le n°24 de « Dialogue Santé » fait un focus sur cette recherche privée, une publication éditée par la FHP-MCO et diffusée largement auprès du corps médical exerçant dans les 600 cliniques MCO.

HAS : Optimiser votre compte qualité

Dans le cadre de la procédure de certification V 2014, l’analyse des indicateurs nationaux de qualité et de sécurité des soins (IQSS) permet aux établissements de définir leurs opportunités d’amélioration ainsi que d’évaluer la pertinence des actions engagées.
Les résultats des IQSS sont automatiquement intégrés dans le compte qualité (CQ). En 2017, le CQ s’est enrichi de nouveaux résultats mais également de nouveaux indicateurs. Les tables de correspondance des indicateurs ont aussi évolué pour être plus interactives.

Non au démantèlement de l’imagerie médicale

Après les baisses tarifaires et l’article 99 qui remettent en cause la capacité des médecins radiologues à garder la maîtrise de leurs plateaux techniques, la réforme du 3e cycle est le prétexte à une nouvelle attaque contre l’imagerie médicale, déclare la FNMR.

Le projet de DES de cardiologie prévoit une option « imagerie médicale d’expertise ». Par ce projet, un interne devrait acquérir les techniques et compétences d’interprétation de quatre techniques d’imagerie spécialisées en quelques mois, alors que les étudiants en radiologie sont formés en cinq ans dans le cadre de leur DES. Cette option ouvre la porte à la balkanisation et au démantèlement de l’imagerie médicale comme spécialité.

Les patients seront représentés au collège de la HAS

Dernier épisode du feuilleton de la nomination des membres du collège de la HAS : Christian Saout, a été nommé au collège par le ministre de la Santé après le désistement de l’économiste de la santé Gérard de Pouvourville.

La composition du collège sera la suivante : le Pr Agnès Buzyn ; Isabelle Adenot, ex présidente du conseil national de l’Ordre des pharmaciens ; Anne-Marie Armanteras de Saxcé, ex DG de la DGOS ; le Pr Élisabeth Bouvet, infectiologue à l’AP-HP ; le Dr Cédric Grouchka, PH en santé publique et déjà membre du collège ; le Pr Christian Thuilliez, conseiller à la DGOS, et Christian Saout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.