La place des usagers

France Assos Santé, le nouveau contre-pouvoir des usagers

Alain Michel Ceretti, ex-fondateur du Lien et ex-conseiller santé du Défenseur des droits, préside cette nouvelle organisation de défense des usagers. « Je serai attaché à ce que les représentants des usagers, base de l’implication associative dans les nombreuses instances de santé, soient respectés et reconnus dans l’exercice de leur mandat. Il faudra ainsi qu’ils soient mieux identifiés dans les lieux de soins, et j’invite en ce sens les directeurs d’établissements de santé à valoriser et faciliter le rôle des représentants des usagers (…) Plus aucune décision d’importance pour notre système de santé ne se fera sans que France Assos Santé ait été consultée, comme le prévoit la loi. Nous démontrerons l’importance d’associer les représentants des usagers à la décision par nos compétences, et par la pertinence de nos choix, comme de nos actions. » France Assos Santé a tenu son premier conseil d’administration la semaine dernière, cette organisation remplace l’Union nationale des associations agréées d’usagers du système de santé (UNAASS), ex-CISS.

Un CV plus complet de Agnès Buzyn

S’il faudra encore attendre quelques jours pour connaître la liste complète des nouveaux interlocuteurs au ministère et dans les agences publiques, Le Quotidien du médecin complète le CV de la ministre de la Santé. Agnès Buzyn est l’ex belle-fille de Simone Veil et l’épouse du Dr Yves Lévy, actuel PDG de l’INSERM. Notons que les questions liées à l’INSERM seront traitées directement par Matignon pour éviter un conflit d’intérêt. Son père, Élie Buzyn, a été chirurgien orthopédique à la clinique Saint-Marcel et sa mère, psychologue et psychanalyste, auteur de plusieurs ouvrages sur les relations parents-enfants. Agnès Buzyn est issue d’une famille originaire de Lodz, en Pologne. Pendant l’occupation nazie, ses grands-parents et son père sont déportés à Auschwitz en 1944, révèle Le Quotidien du Médecin. Unique survivant, il est ensuite transféré au camp de Buchenwald d’où il sortira à l’âge de 15 ans.

Un nouveau directeur à la tête de l’OMS

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, ex ministre des Affaires étrangères et de la Santé en Éthiopie vient d’être élu directeur général de l’OMS. La candidature française en la personne de Philippe Douste-Blazy avait été éliminée lors d’une pré-sélection.

Pour mémoire, en 2000, l’OMS avait analysé les systèmes de santé de 191 états selon 5 indicateurs et plaçait la France en tête, suivie notamment de l’Italie, de l’Espagne. Le système de santé américain absorbe une part plus importante du PIB que dans tout autre pays, mais sa performance le plaçait au 37erang. Les pays méditerranéens étaient mieux classés que les autres pays du continent ; la Norvège, au 11e rang, était par exemple le premier parmi les pays scandinaves. « Le principal message est que la santé et le bien-être des populations dans le monde dépendent étroitement de la performance de leurs systèmes de santé. Or, la performance fluctue sensiblement, même entre des pays qui ont des niveaux de revenus et de dépenses de santé comparables. Il est essentiel que les décideurs comprennent les raisons sous-jacentes à cela pour pouvoir améliorer la performance de leurs systèmes, et la santé des populations », déclarait alors le DG de l’OMS. En 2016, The Lancet classait la France en 24e position, quand l’Islande arrivait en 1re position, selon ce classement qui intègre 33 indicateurs de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.