Que penser des chatbots dans la santé connectée ?

 

Aujourd’hui, les ramifications de l’eSanté sont toujours de plus en plus nombreuses. D’abord ce sont des sites dédiés à l’expertise médicale qui ont permis au patient de s’informer sur sa santé d’une nouvelle manière. Ensuite le « Quantified Self » (ou mesure de soi) a pris sa pleine mesure grâce à l’essor des objets connectés comme les traqueurs d’activité, bracelets connectés ou vêtement intelligents. Mais de nouvelles pratiques et technologies commencent à prendre de l’ampleur : la santé connectée poursuit son développement dans la voie de l’hyperpersonnalisation des diagnostics médicaux. Ainsi, les Chatbots peuvent contribuer à mieux connaître les pathologies de chacun. Retour sur cette nouvelle tendance montante et sur ses véritables champs d’application.

Un assistant santé qui vous veut du bien.

Un bot c’est un assistant conversationnel développé pour fournir un service et assurer une relation de proximité avec l’utilisateur. Le plus souvent, il prend la forme d’une interface de messagerie mais des solutions de reconnaissance vocale se développent. Pour la santé, l’outil est prometteur et peut se décliner sous un nombre de formes variées. Pour exemple, Lark est une application de santé connectée visant à suivre la santé globale d’un individu. Il est possible de suivre son nombre de pas, de bénéficier de programmes personnalisés pour perdre du poids ou de suivre son hypertension au quotidien. Une interface « SMS » simple et humaine permet à l’utilisateur, soucieux de bénéficier de conseils santé, de dialoguer avec le chatbot. C’est un bon exemple pour démocratiser davantage la santé connectée : le bot remet l’utilisateur au centre des préoccupations et évalue ses besoins avant de collecter la donnée. C’est en quelque sorte la solution pour fidéliser les e-patients aux applications de santé qu’ils peuvent délaisser rapidement.

Bots et soins d’urgence : une solution qui prend de l’ampleur

Des développeurs se sont également penchés sur la question de la prise en charge hospitalière à l’aide d’un chatbot. Le professionnel peut également profiter de cet assistant intelligent. Il peut gérer son planning de rendez-vous, prendre en charge les patients ou mieux aiguiller et filtrer les appels dans les centres de secours. Recast.AI, concepteur de bots, a d’ailleurs expérimenté cette utilisation dans le milieu hospitalier. Pour reprendre l’idée du standard téléphonique en médecine, Rémi Meunier, le COO de l’entreprise explique sa motivation : « Notre vision se résume à ce qu’on appelle la conversation augmentée (…) lors d’une conversation entre deux personnes, un troisième opérateur, un bot, écoute et déclenche les actions nécessaires (…) : préparer une fiche administrative pour l’hôpital ou le service d’urgence tout en déterminant le type de problème ou de pathologie, le niveau d’urgence… » Le bot peut s’imposer comme un intermédiaire filtrant les demandes pour mieux rediriger les patients et préparer en amont les prises en charges médicales.

Il reste encore du chemin pour développer un bot capable de simuler une véritable relation humaine. Pour l’instant, utiles et prometteurs dans leur utilisation, ces agents conversationnels vont se développer au contact de l’expérience utilisateur. Pour l’heure, ils posent un premier bilan, utile au médecin. Mais demain le bot sera-t-il 100 % autonome ou, ce qui le plus probable, le complément idéal au diagnostic et à la prise en charge médicale ?

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.