Intelligence artificielle

Comment l’IA sera-t-elle au service de la santé ?

Le Plan national sur l’intelligence artificielle (IA) issu des travaux d’une mission confiée par le Premier ministre au mathématicien Cédric Villani sera doté de 1,5 milliard d’euros. Quatre secteurs sont prioritaires : la santé, l’environnement, les transports-mobilités et la défense-sécurité.

« Les professionnels de santé vont jouer un rôle fondamental dans l’expérimentation et l’entraînement des IA » précise le rapport. L’IA en santé ouvre des « perspectives très prometteuses » dont la « prise en charge plus personnalisée et prédictive et plus sécurisée grâce à un appui renforcé à la décision médicale et une meilleure traçabilité ». Elle peut améliorer « l’accès aux soins grâce à des dispositifs de prédiagnostic médical ou d’aide à l’orientation dans le parcours de soin » ou encore « mieux détecter les symptômes et faire un suivi prédictif du déploiement d’une maladie, exploiter les résultats d’analyse (imagerie médicale, etc.), soumettre de nouvelles hypothèses de diagnostic et formuler des propositions thérapeutiques plus personnalisées ». Enfin, elle peut améliorer « la détection des effets secondaires d’un médicament lors des phases d’essais cliniques ».

Pour cela, des propositions concrètes sont avancées : transformer les voies d’accès aux études de médecine pour former les professionnels de santé aux usages de l’IA et du big data en santé, clarifier la responsabilité médicale des professionnels de santé en cas d’utilisation de technologies d’IA, créer les conditions réglementaires et organisationnelles nécessaires, déployer les technologies d’IA en santé avec les usagers (hôpitaux, professionnels de santé, patients, etc.). Enfin, le rapport propose de lancer des expérimentations en conditions réelles pour les technologies d’IA en santé au sein des CHU et des lieux d’expérimentations locaux en santé, voire jusqu’aux professionnels.

Création du Health Data Hub

Annoncé par Emmanuel Macron dans le cadre du Plan national sur l’IA, cette structure partenariale entre producteurs et utilisateurs des données piloterait l’enrichissement continu et la valorisation du Système national des données de santé. Cette plateforme intègrerait à terme l’ensemble des données de l’Assurance maladie, les données cliniques des établissements de santé, les données de la médecine de ville, et des données scientifiques issues de cohortes. Les patients pourraient également renseigner leur DMP et l’utiliser pour d’autres usages.

Prévention : le Cnom attend un calendrier et des financements

L’Ordre des médecins salue l’ambition des « 25 mesures-phares de la politique de prévention » présentées par le gouvernement. Il rappelle « que le corps médical est d’ores et déjà fortement engagé en ce sens ». Mais il « regrette de ne pas avoir été consulté dans la phase de conception de ce plan prévention, qui aura pourtant un impact sur l’action menée quotidiennement par les médecins auprès de leurs patients, à chaque étape de leur vie ». Le Cnom attend désormais « des précisions quant à sa mise en œuvre », « le calendrier de déploiement de ces mesures ainsi que leurs modalités de financement, afin qu’elles soient rapidement effectives ».

Une couverture de santé universelle pour un milliard de personnes supplémentaires

À l’occasion de son 70e anniversaire, et pour la Journée mondiale de la santé célébrée le 7 avril 2018, l’OMS lance un appel aux dirigeants mondiaux pour qu’ils prennent des mesures concrètes afin d’améliorer la santé de tous. « Cela signifie qu’il faut veiller à ce que tout le monde, partout dans le monde, ait accès à des services de santé essentiels de qualité sans subir de difficultés financières ».
Certains pays ont déjà beaucoup progressé vers la couverture santé universelle (CSU), note l’OMS. Cependant, « la moitié de la population mondiale n’a toujours pas accès aux services de santé dont elle a besoin. Si les pays veulent atteindre la cible des Objectifs de développement durable (ODD), un milliard de personnes supplémentaires devront bénéficier de la CSU d’ici à 2023 ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.