Chirurgie ambulatoire

Diplôme Inter Universitaire : inscrivez-vous

L’Association Française de Chirurgie Ambulatoire (AFCA) a réuni les universités de Paris 13, Tours et Bordeaux pour créer un Diplôme Inter Universitaire de Chirurgie Ambulatoire, unique en France, qui s’adresse à tous les professionnels de santé, et autres métiers, investis quotidiennement dans ce nouveau mode de prise en charge, encore insuffisamment connu, enseigné et maîtrisé.

Au programme : 90 heures de cours répartis en 4 modules de 2 jours obligatoires, réalisés à Paris, Tours et Bordeaux, et un module de un jour optionnel, plus un stage d’immersion de 2 jours dans une Unité de Chirurgie Ambulatoire – UCA – agréée par l’AFCA.

Les inscriptions pour l’année universitaire 2018-2019 sont ouvertes :

L’ANAP cartographie l’activité de stérilisation

Plus de 1 000 sites ont recours à une activité de stérilisation en France, gérée pour 716 sites par la PUI et sous-traitée pour une soixantaine. L’ANAP a cartographié cette activité avec le concours des pharmaciens inspecteurs des ARS, de pharmaciens des établissements et des industriels.

Les radiologues et l’UNCAM signent un plan d’économie

La FNMR (Fédération nationale des médecins radiologues) et l’UNCAM ont signé un accord qualifié de « gagnant-gagnant ». À la clé, 207,1 millions d’euros de « maîtrise des dépenses » d’ici 2020, seront réalisés en jouant à la fois sur les tarifs et sur la « pertinence des actes ». « Pour la première fois, un plan pluriannuel est orienté principalement vers la qualité et la pertinence des actes », explique la FNMR. 60 % des économies attendues proviendront de la pertinence des actes notamment, axée sur la lombalgie pour les années 2018 et 2019. 40 % concernent une adaptation et re-hiérarchisation de certains actes.

Par ailleurs, l’accord prévoit le rétablissement du modificateur Z (relatif aux investissements en équipements) qui avait été supprimé en 2017. La FNMR obtient aussi un premier pas vers la suppression de l’article 99, effectif en cas de succès du plan d’économies. Cet article donne tous les pouvoirs au directeur général de l’UNCAM pour décider des baisses de tarifs des forfaits techniques des scanners et des IRM qui seraient donc à nouveau régis par la seule convention médicale. « Ce premier pas doit encore être confirmé par une lettre d’engagement du gouvernement », précise le syndicat.

Le tiers payant généralisé est sur les rails

L’IGAS vient de rendre son rapport sur le tiers payant au gouvernement qui a re-confirmé sa volonté d’un déploiement effectif du tiers payant intégral (part sécurité sociale + part complémentaire) sur la base d’outils simples et robustes. « Nous devons faire en sorte que certaines populations ou certaines activités bénéficient du tiers payant, mais ça ne peut pas être obligatoire pour tout le monde » a réaffirmé Agnès Buzyn dans les médias. Sur le fond, même son de cloche côté CSMF mais pas sur la forme. « Le tiers payant doit rester généralisable donc possible mais non obligatoire. Nous devons développer un paiement monétique à débit différé », a ré-expliqué le Dr Ortiz, président de la CSMF dans le 13h la semaine dernière.

D’une manière générale, les syndicats de médecins doutent de la faisabilité technique annoncée au plus tard pour fin 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.