Dépêche Expert N°396 – Financement du Dispositif RIHN 2018

Par dépêche du 20 avril 2018, nous vous informions
Qu’au regard des arguments présentés par les fédérations hospitalières dont la FHP-MCO,
L’Etat a entendu et a décidé de changer le dispositif de financement initialement
prévu dans l’instruction du 23 février 2018 par la publication d’une nouvelle instruction le 16 Avril 2018.
Ainsi, le financement se fera au prescripteur dès 2018 sur l’activité 2017.

Une nouvelle remontée de l’activité 2017 doit être réalisée par les établissements des santé prescripteurs
via le logiciel FICHSUP, sous son nouveau format.
La date butoir est fixée au 31 Juillet 2018.

La saisie sera possible sous quelques jours !

POUR MEMOIRE

Par dépêche du 1er mars, nous vous informions de la publication de l’INSTRUCTION N° DGOS/PF4/DSS/1A/2018/46 du 23 février 2018 relative aux actes RIHN. La FHP-MCO et l’AFC-UNHPC ont porté cette problématique depuis plus d’un an en alertant la tutelle sur la situation difficile sur les conditions de financements de ces actes.

Cette instruction mettait fin à un schéma de financement flou. Elle était donc la bienvenue. Elle actait un Principe fort.

  • « Le Prescripteur est financé par la MERRI » et « l’Effecteur adresse une facture au Prescripteur » avec une année 2018 transitoire différente (effectuer financé par la MERRI).

Cette disposition transitoire pour cette année 2018 ne correspondait pas aux pratiques vécues par les établissements de santé.En effet, les établissements de santé prescripteurs ont reçu en 2017 et en début d’année 2018 de nombreuses factures au titre de l’activité 2017.

Ne pas mettre en place le dispositif dès cette année 2018 aurait conduit les établissements de santé prescripteurs, dont les cliniques, à une double peine : 
Absence totale de financement en 2018 et demande de paiement des factures adressées par les effecteurs.

Une telle situation était inacceptable et aurait été source de multiplication des contentieux.

Au regard des arguments présentés par les fédérations hospitalières dont la FHP-MCO, l’Etat a entendu et a décidé de changer le dispositif de financement initialement prévu dans l’instruction du 23 février 2018 par la publication d’une nouvelle instruction le 16 Avril 2018. 
Ainsi, le financement se fera au prescripteur dès 2018 sur l’activité 2017.

Toutefois, les conséquences de cette nouvelle règle de financement sont les suivantes :

  • Une nouvelle remontée de l’activité 2017 doit être réalisée par les établissements de santé prescripteurs via le logiciel FICHSUP, sous son nouveau format. Celle-ci sera à réaliser au plus tard le 31 juillet 2018.
  • La dotation au titre de la MERRI G03 sera versée en deuxième circulaire de campagne tarifaire 2018 (en général publiée en octobre) en prenant en compte ces nouvelles données, afin d’appliquer effectivement la règle du prescripteur – délégation de la dotation au prescripteur et facturation par l’effecteur.

Ce « financement MERRI au Prescripteur » permet ainsi aux établissements de santé prescripteurs d’avoir plus de « souplesse » dans le choix de l’effecteur (public, associatif ou privé) pour la réalisation des actes figurant au sein du dispositif RIHN. Ce point est fondamental dans un environnement réglementaire où les tarifs publiés sur le site du Ministère sont de nature indicative.

Nous rappelons que cette instruction du 18 avril 2018 clarifie les circuits de financement et de facturation mais elle ne règle pas l’ensemble des problématiques, et, en particulier, pas la question de la dimension de l’enveloppe. Cette instruction le rappelle en précisant que « Cette dotation est une enveloppe de crédits limitative. La répartition de cette dotation entre les établissements de santé participant à cette mission d’intérêt général est calculée à l’aide des données d’activité remontées par les établissements » …/… Dans ce nouveau schéma, l’intégralité du reste à charge, le cas échéant, repose sur l’établissement de santé prescripteur. »

Cependant, et dans l’attente de régler la question du dimensionnement de l’enveloppe limitative, cette instruction rappelle aussi ce point important : « Conformément aux dispositions de l’article R. 162-17 du code de la sécurité sociale (CSS), en cas de transmission d’échantillons biologiques entre deux laboratoires, le laboratoire effecteur transmet au laboratoire prescripteur le tarif de chacun des examens effectués. Ces tarifs sont fixés sur la base des valorisations indicativesdes listes publiées sur le site du ministère chargé de la santé, en tenant compte des phases de l’analyse réalisées dans le laboratoire effecteur (pré-analytique, analytique et/ou post-analytique). »

Plus globalement, ce dossier nous interpelle car nous sommes face à une situation jamais connue à ce jour. L’Etat acte qu’il finance de façon très partielle (un taux de financement de 30% des actes de la liste complémentaire en 2017 après un taux à 74% en 2016) des frais de prise en charge des soins sans possibilité de faire intervenir d’autres acteurs. Facteur aggravant, l’Etat pénalise un dispositif de financement relatif à la prise en charge de l’innovation laquelle peut être source de prises en charge plus ciblées et donc plus pertinentes. Il conviendrait donc d’avoir une approche plus systémique de la gestion de cette enveloppe relative à l’innovation qui est une source d’efficience médico-économique de notre système de santé. Envisager une croissance de cette enveloppe peut être considérée comme un investissement.

On ne peut demander aux établissements de santé de financer le reste à charge de ces procédures innovantes parce que notre système organisationnel ne permet pas de procéder à la validation desdites innovations dans des délais « raisonnables ».

Il convient donc de poursuivre les actions communes sur la question du dimensionnement de l’enveloppe avec les autres fédérations hospitalières afin de clôturer ce dossier RIHN dans les meilleurs délais.
Sophie BUSQUET DE CHIVRE (sophie.busquet.mco@fhp.fr) – sujets réglementaires– et Thibault GEORGIN (thibault.georgin.mco@fhp.fr) – sujets financements– sont à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

A télécharger

Thierry Béchu

Délégué Général de la FHP MCO depuis 2008, Thierry Béchu, impliqué dans le monde de la santé depuis 1991, a assuré les fonctions de directeur d’établissement de santé privés, notamment au sein du Groupe 3H avant de s’impliquer dans la vie syndicale, fort de cette expérience de terrain.

Voir tous les articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.