Syndrome d’alcoolisation fœtale : des risques encore trop sous-estimés

alcool, grossesse, santé

Pour sa deuxième édition qui s’est tenue les 8 et 9 septembre derniers, le SAFTHON veut sensibiliser sur le syndrome d’alcoolisation fœtale qui affecte notamment 12 000 personnes à La Réunion. Le Dr Denis Lamblin, organisateur de cet événement caritatif a tenu a rappeler qu’un seul verre d’alcool consommé pendant la grossesse constitue déjà un risque pour la santé du futur enfant. À ce syndrome sont associés plus de 400 maladies, notamment psychologiques. Si les risques sont connus et les plans de sensibilisation existent, un vrai manque d’information et de prise de conscience est à signaler.

Alcool et grossesse : pas de consommation sans danger pour le fœtus

Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) représente l’un des plus graves risques prénataux, entraînant des conséquences irréversibles sur l’avenir du futur enfant. Les spiritueux consommés passent au travers de la barrière placentaire et touchent directement l’enfant. Les experts estiment qu’il n’existe pas de seuil en dessous duquel la consommation d’alcool serait sans risque. Ainsi la règle du principe de précaution est la seule directive à appliquer : toute prise d’alcool est dangereuse et nuit gravement au fœtus. Cette pathologie concernerait entre 700 à 3000 enfants sur le nombre total de naissances annuelles s’élevant à 750 000.

L’exposition de l’embryon et du fœtus à l’alcool organes peut engendre trois types d’affections majeures :

  • Malformation des organes internes : cœur, reins, organes génitaux, mais aussi les articulations doigts et ongles.
  • De graves atteintes sur le cerveau causant une déficience intellectuelle
  • Sur le système nerveux central : retards de développement, problèmes d’apprentissage, déficits de l’attention, hypersensibilité sensorielle …

alcool, grossesse, santé, nourisson

https://www.alcoolassistance.net/alcool-grossesse

 Le SAF est la première cause de handicap mental non génétique en France. La Haute-Normandie est la région la plus touchée par ce problème de santé publique.

Les leviers de sensibilisation de Santé Publique France

Pour sensibiliser sur ces affections, Santé publique France a organisé la Journée mondiale de sensibilisation au Syndrome d’Alcoolisation Fœtale depuis quelques années.

Entre 2006 et 2013, 3 207 enfants ont été affectés par ces troubles d’alcoolisation fœtale et 452 sont touchés par la forme la plus grave : le SAF. La journée de sensibilisation a également rapporté que la consommation occasionnelle est encore trop importante pendant la grossesse. Selon les données du Baromètre santé 2017, une femme sur dix a déclaré avoir consommé occasionnellement de l’alcool pendant qu’elle était enceinte. Le constat s’est atténué depuis 2010, mais la proportion actuelle peut avoir un impact sur près de 90 000 nouveau-nés.

L’édition 2018 s’est tenue le 9 septembre dernier et a annoncé le déploiement d’une campagne nationale d’information destinée à la fois au grand public et aux professionnels. Le dispositif s’est décliné notamment dans les médias. L’objectif de promouvoir le principe de précaution et de le véhiculer via un message est clair et pédagogique : « Parce qu’aujourd’hui personne ne peut affirmer qu’un seul verre soit sans risque pour le bébé : par précaution, zéro alcool pendant la grossesse ».

Le corps médical toujours premier référent.

Un second volet de la campagne de sensibilisation initiée par Santé publique France a été déployé à destination des professionnels de santé. Ils restent les acteurs majeurs concernant la bonne information des risques liés à l’alcool chez les femmes enceintes et leur entourage.

Les résultats d’une étude de 2015 effectuée auprès de médecins généralistes montraient que le travail de sensibilisation était réalisé dans une partie des cas. En effet 6 professionnels sur 10 dépistaient automatiquement la consommation d’alcool chez les patientes enceintes et environ 80% d’entre eux préconisaient une abstinence totale.

Pour autant, des travaux menés ont révélé qu’il était globalement difficile pour un médecin d’aborder ce sujet avec ses patientes notamment par manque de temps voire d’arguments lors des consultations.

Des affiches et dépliants vont être mis à disposition des médecins pour les accompagner dans leur pratique et sensibiliser sur ce phénomène encore trop présent en France.

Sources :

https://www.francetvinfo.fr/sante/grossesse/sante-les-dangers-de-l-alcool-pendant-la-grossesse_2926197.html

https://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/alcool-grossesse-pas-consommation-risque-bebe-safthon-624106.html

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A12881

https://www.infirmiers.com/ressources-infirmieres/prevention-sante/une-naissance-par-semaine-diagnostiquee-pour-un-syndrome-d-alcoolisation-foetale.html

https://www.journee-mondiale.com/393/journee-mondiale-de-sensibilisation-au-syndrome-d-alcoolisation-ftale.htm

http://www.drogues.gouv.fr/sites/drogues.gouv.fr/files/atoms/files/cp_saf_2018.pdf

https://twitter.com/hashtag/GrossesseZeroAlcool?src=ptrn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.