Prévenir et réduire les risques d’ostéoporose

FHPMCO-Prévenir-réduire-risques-Ostéoporose

À partir d’un certain âge, le squelette devient plus fragile et l’on peut devenir plus facilement sujets aux fractures invalidantes, notamment au niveau du col du fémur, du poignet et des vertèbres. Ces dernières altèrent grandement la qualité de vie et la santé des patients. Cette pathologie, appelée ostéoporose, est à l’origine de plus de 350 000 fractures en France. De manière générale, la perte de densité et l’affaiblissement de la structure osseuse survient après 45 ans où le remodelage du squelette se fait plus difficilement.

La maladie, touchant davantage les femmes, est encore trop peu diagnostiquée en France. Il existe néanmoins certains conseils de bonne hygiène de vie pour écarter au mieux la survenue de fractures dues à l’ostéoporose.

Les femmes davantage touchées par l’ostéoporose

L’ostéoporose est souvent qualifiée de « maladie féminine » car la pathologie touche un tiers des patientes de plus de 50 ans et plus de la moitié des femmes de plus de 75 ans. En effet, elle se déclare généralement dès la ménopause. Cette période de la vie est caractérisée par la diminution progressive de production d’œstrogènes et de progestérone, hormones dites « féminines », entraînant de nombreux symptômes comme l’accélération de la perte osseuse d’environ 30% prédisposant à un risque accru de fractures.

Les conseils de prévention de cette maladie osseuse

https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/osteoporose/comprendre-osteoporose 
Aujourd’hui, il existe plusieurs médicaments pour traiter la pathologie en fonction du patient : limitation de la fragilité osseuse, stimulation de la masse squelettique, combinaison des deux traitements, prises hormonales pour les femmes…

Néanmoins, il est possible de prévenir cette maladie avec des conseils à appliquer dès le plus jeune âge :

  • Un apport en calcium (laitages, eaux calciques) et vitamine D (poisson gras, jaune d’œuf, beurre…), permet dès l’enfance, de renforcer la structure osseuse. Un manque de protéines, animales ou végétales, est également responsable d’une fonte musculaire augmentant le risque de fracture.
  • À tout âge, une activité physique adaptée est essentielle à maintenir la bonne santé osseuse. La marche à pied, nordique ainsi que le tennis sont à ce titre très bénéfiques.
  • « Ce qui est mauvais pour l’organisme est mauvais pour les os » rappelle le professeur Cortet, Professeur des Universités et Praticien Hospitalier à l’Hôpital Roger Salengro à Lille.  Il est notamment question du tabac et de l’alcool qui, non seulement néfastes pour être en bonne santé globale, nuisent à l’absorption de calcium et diminuent la densité minérale osseuse.

En raison du vieillissement de la population, le nombre de fractures attribuées à l’ostéoporose devrait atteindre la barre des 500 000 en France en 2025. Il apparaît alors nécessaire de pratiquer un dépistage « systématique » de cette pathologie pour mieux la diagnostiquer et contenir ces prévisions.

Sources :

https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/osteoporose/comprendre-osteoporose

https://www.lci.fr/bien-etre/plus-de-350-000-fractures-par-an-liees-a-l-osteoporose-l-appel-d-un-specialiste-pour-un-meilleur-depistage-de-la-maladie-2135107.html

http://www.leparisien.fr/societe/sante/osteoporose-pourquoi-les-femmes-sont-elles-davantage-concernees-21-10-2019-8176968.php

https://www.leprogres.fr/magazine-sante/2019/11/02/osteoporose-comment-prevenir-cette-maladie-des-os

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.