Éric Calderon, directeur du Pôle Lyon Ramsay Santé

Vous avez été nouvellement élu administrateur de la FHP-MCO, quelles ont été vos motivations à vous présenter ?

Il y a près de vingt ans que je participe à la vie syndicale à la FHP en Île-de-France, en Rhône-Alpes maintenant, et à la FHP-MCO depuis quelques années. De par nos fonctions, il est essentiel de participer à cette vie syndicale. On échange sur les problématiques réelles de terrain et sur la stratégie en santé en France. Nous avons beaucoup de sujets ! Je note que le rapprochement avec les autres fédérations hospitalières depuis deux ans est une bonne chose, parce que c’est le secteur hospitalier que nous devons défendre.

Une collaboration que vous mettez en œuvre dans votre territoire…

Sur Lyon il y a un nombre important d’établissements privés, les Hospices Civils de Lyon et les établissements de la FEHAP, et c’est vrai que nous travaillons ensemble sur des sujets parfois communs. Le meilleur exemple est l’ouverture du Médipôle Lyon Villeurbanne en janvier 2019, qui est un travail conjoint avec la Mutualité du Rhône et les établissements CAPIO à l’époque, désormais Ramsay Santé. Nous partageons un bâtiment et nous sommes locataires, chacun ayant ses spécificités propres. Aucune n’est en concurrence. Le projet avait été appuyé par l’ARS en 2012. Nous sommes vraiment sur la prise en charge et la santé publique, avec des partenariats avec des établissements, y compris hors statut.

Sur la question des IBODE et des urgences où en êtes-vous sur le terrain ?

Nous avons peu d’IBODE* dans nos établissements, beaucoup ont déposé leur dossier de validation avant le 31 octobre, un certain nombre ne l’ont pas fait parce que la démarche entreprise depuis quatre ans les a irrités, étant donné qu’ils sont professionnels depuis plus de 10, 20 ou 30 ans pour certains. Comme ils ont d’autres possibilités, je pense que nous allons perdre des infirmiers qualifiés et compétents. Il aurait fallu faire que les infirmiers qui ont 10 ans d’expérience, avec une attestation conforme, soient reconnus comme IBODE et ensuite nous pouvions revoir le cursus de formation des IBODE.

Concernant les urgences, nous avons 4 services, qui compensent aussi le manque de médecins généralistes sur certaines zones. Il y a une vraie réponse à apporter sur les soins primaires. Le groupe Ramsay Santé va faire une expérience de centres de soins primaires, comme en Suède, s’inspirant de bons exemples en Europe. Des médecins généralistes seraient salariés et pourraient prendre en charge des rendez-vous programmés. Le groupe va ouvrir 6 centres de soins primaires en Auvergne-Rhône-Alpes et en Île-de-France en 2020, portés par des médecins généralistes salariés.

*Le masculin est utilisé pour désigner tous les métiers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.