Parité homme-femme

Huit femmes managers du Cercle Simone témoignent

Le Cercle Simone est une association qui rassemble des femmes managers d’établissements de santé privés. Dans le cadre du 8 mars, journée internationale des femmes, certaines d’entre elles se sont exprimées.

À l’exception d’une voix, elles font toutes le constat d’être nécessairement doublement qualifiées, « triplement » même insiste l’une d’entre elles, en tant que femmes pour accéder à des postes de pouvoir. Le débat n’est donc pas dépassé mais « actuel » voire « brûlant ». « Je ne sais pas si il faut toujours être doublement qualifiée, mais je pense qu’il faut toujours faire doublement ses preuves ! ». D’une manière générale, elles notent un secteur en retard concernant les questions de parité.

En ce qui concerne les figures féminines les plus inspirantes, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn est nommée deux fois et est qualifiée de « plutôt inspirante », voire de « remarquable sur beaucoup de points ». Brigitte Macron bénéficie d’une même notoriété, comme Marie Curie dont on souligne « les difficultés pour être reconnue ». Comme une évidence, la palme revient à Simone Veil. « Madame Simone Veil » comme insiste à la nommer une répondante. D’autres figures historiques sont relevées : Germaine Poinso-Chapuis, première femme ministre, Francoise Giroud pour ses 100 mesures en faveur de la femme ou Gilberte Beaux, première grande banquière française. « Pour moi », conclut une dernière, « ce sont toutes les femmes qui portent des initiatives, les réussissent sans perdre leur âme et surtout assument leur féminité. Trop de dirigeants femmes se masculinisent. »

Le sujet même de la parité fait débat : « humiliant » ou à l’inverse « à imposer ». Néanmoins, les contraintes sont là pour tous. « Diriger une clinique est une charge mentale importante, être mère (ou père) de famille aussi. Les 2 sont quelquefois compliqués à porter. » Simplement, ne faudrait-il pas « valoriser toutes ces initiatives et tout particulièrement lorsqu’elles sont dans un sens commun » ?

Un grand merci aux répondantes.

35 millions de moins pour les radiologues

« La coupe est pleine » s’exprime le Dr Jean-Philippe Masson, président de la Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR), dans Le Quotidien du Médecin. En effet une baisse de 10 % de la valeur des forfaits techniques de scanners et d’IRM est prévue par la commission des « équipements matériels lourds d’imagerie médicale », ce qui représente 35 millions d’euros par an, qui viendraient s’ajouter aux baisses 2017 de 60 millions. « Cela veut dire que lorsqu’on devra investir dans du matériel lourd, on se tournera vers des équipements moins chers, donc bas de gamme. Une autre conséquence pourra être la réduction de la masse salariale. Or, avec moins de salariés par cabinet, les horaires d’ouverture seront forcément réduits et les délais d’attente augmenteront. » Le CA du 17 mars de la FNMR signera, ou pas, les propositions attendues de la CNAM.

Les annales des usagers dans vos boîtes e-mail

Le congrès annuel des représentants des usagers est un temps fort de la vie de la FHP-MCO. C’est pourquoi les interventions et les échanges avec la salle sont intégralement retranscrits et font l’objet d’une publication papier et numérique, à télécharger ci-après.

Découvrir les annales 2017

S’inscrire au 9e congrès des représentants des usagers le jeudi 27 septembre 2018

Partager : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.