Fil Bleu du 5 mars 2020

Le cancer colorectal : éviter plus de 6 500 décès* par an

Votre intérêt grandissant pour la campagne Mars Bleu se confirme cette année encore. Et pour cause : le cancer colorectal est le 2e cancer le plus meurtrier avec 17 000 décès par an. L’INCa nous le rappelle encore cette année : l’incidence et la mortalité de ce cancer pourraient diminuer avec l’augmentation de la participation au programme national de dépistage.

Le test de dépistage est fiable et performant dans la détection des cancers à un stade précoce et des lésions précancéreuses. Détecté tôt, ce cancer peut être guéri dans 9 cas sur 10. Pourtant, seuls 32,1 %** de la population y participent.

La promotion du dépistage du cancer du côlon est plus que jamais nécessaire. C’est le sens de toutes les initiatives menées par les équipes des cliniques et hôpitaux privés.

Un très grand merci pour votre engagement,


Sources :
*Communiqué de presse de l’INCA, le 20 février 2020
**Chiffres de participation sur la période 2017/2018 publiés par Santé publique en juillet 2019.


Vous saurez tout sur le… côlon !
Hôpital privé Francheville, Périgueux (24)

Quoi de mieux qu’un bon gros côlon géant rose pour attirer l’œil des patients et des passants ? Installée sur le parvis de la clinique, en partenariat avec la Ligue contre le cancer, cette structure gonflable de 7,50 m sur 2,30 m de haut a en effet drainé près d’une centaine de visiteurs le 26 février dernier. À l’abri du vent et de la pluie, ils ont parcouru l’intérieur de cet intestin géant tapissé de polypes à divers stades de développement. « Certaines questions revenaient souvent, telles que “Les polypes sont-ils tous malins ?” ou “Comment fait-on pour les enlever ?” », explique Magali Bordas de la Ligue contre le cancer Dordogne qui, au même titre que les cinq autres encadrants présents (médecins, infirmières, thérapeutes…), en a profité pour insister sur l’importance du test de prévention « indolore et inodore ! » « Beaucoup de visiteurs croyaient en effet que la précédente version du test, nettement plus contraignante, était toujours en vigueur », renchérit Lili Granié, thérapeute sportive de la Cami exerçant à la clinique qui, elle, a mis l’accent sur l’importance du sport dans la prévention. « Trente minutes de marche par jour, ok, mais soutenue hein ?! »

Mars Bleu insolite
Clinique du Mousseau, Évry (91)

Le côlon gonflable à explorer fera une halte à la Clinique de Mousseau le 26 mars prochain. Cette structure  gonflable insolite permettra aux gastroentérologues de l’établissement d’informer largement les visiteurs, qui pourront explorer le cheminement d’une tumeur à l’aide de lunettes de réalité virtuelle. Un kit de dépistage du cancer colorectal sera également présenté afin de sensibiliser sur l’acte de dépistage, de même des endoscopes.

Côté ateliers, la médecine chinoise sera à l’honneur avec une intervenante qui présentera les bienfaits de la médecine alternative dans le traitement du cancer colorectal. Une diététicienne et nutritionniste évoquera les aliments à privilégier pour prévenir le développement du cancer colorectal.

« L’objectif de cette journée de sensibilisation au cancer colorectal est d’inciter la population à se rapprocher des professionnels de santé pour s’informer sur les facteurs de risque, les symptômes et d’encourager le dépistage précoce : il s’agit d’informer pour mieux accompagner », explique Hubert Locqueville, directeur de la Clinique du Mousseau.

Pas de quartier pour les polypes !
Clinique Saint-Pierre, Perpignan (66)

Pour un peu, on aurait entendu exploser les polypes ! Le 2 mars, à l’occasion de la journée de prévention organisée dans le hall d’accueil de la clinique, les visiteurs, munis d’un casque de réalité virtuelle, entraient dans un côlon en 3D et devaient « dézinguer » les polypes repérés sur les parois. D’autres moyens ludiques d’en apprendre plus sur la maladie ont été déployés, comme un côlon gonflable de 3 x 3 m accroché au mur expliquant l’évolution d’un polype vers une tumeur cancéreuse, un quizz ou encore un jeu de l’oie géant avec ses questions sur la prévention, l’activité physique ou l’alimentation.
Un sujet qui mobilise les foules, comme a pu le constater Marc Malhonda, le diététicien de l’établissement. « On m’a posé beaucoup de questions sur les fibres et j’ai expliqué qu’on en trouve beaucoup dans les légumes secs et les légumineuses qui, associés à des céréales, forment une combinaison optimale. » Au final, près de 80 visiteurs ont participé aux animations, parmi lesquels beaucoup de soignants de la clinique, très mobilisés.

L’endoscope en vedette
Clinique du Trocadéro, Paris (75)

Et le César du premier rôle est attribué à… l’endoscope. À l’occasion de la journée de prévention organisée le 2 mars dans le Centre de consultation, l’endoscope, déployé sur le stand par deux infirmières, tel un grand serpent noir, a en effet focalisé l’attention des patients et de leurs accompagnants. Les questions ont fusé : « À quoi ça sert ? Comment procède-t-on ? Est-ce que ça fait mal ? » Les visiteurs, invités à piocher dans des coupes de bonbons bleus, se sont également intéressés au kit de dépistage présenté par le Centre de dépistage des cancers d’Île-de-France. Certains sont même repartis avec un kit en poche, pour transformer le discours préventif en action efficace. Une autre journée est prévue le 25 mars.

Crédits photos : Hôpital privé Francheville, Périgueux (24), Clinique du Mousseau, Évry (91), Clinique Saint-Pierre, Perpignan (66), Clinique du Trocadéro, Paris (75)