Fil Bleu N°5 du 31 mars 2021

Bravo !

7 personnes sur 10 qui devraient être dépistées pour le cancer du côlon parce qu’elles ont des antécédents familiaux ne le font pas.

Alors que l’épidémie ne laisse aucun répit aux équipes soignantes, vous avez été nombreux à vous mobiliser pour promouvoir le dépistage du cancer du côlon dans le cadre de la campagne Mars Bleu.

Vous n’avez pas manqué d’idées, masqués, à distance, derrière un écran, vous avez informé et motivé à se faire dépister. Se donner un temps d’avance sur la maladie plutôt que d’y faire face trop tard chaque fois que possible est un autre enseignement de cette période de crise inédite.

Bravo à toutes les équipes et notre soutien en cette période où chaque professionnel de santé est fortement sollicité pour une cause mondiale !

 

« À vous de jouer ! »
Pôle Artois Ramsay Santé (59-62)

« Il y a 16 mots à trouver, à vous de jouer ! », pouvait-on lire sur les posts Facebook des établissements du Pôle Artois Ramsay Santé le 3 mars, en ouverture de la campagne Mars Bleu. Pour commencer, une grille de mots cachés qui répond à plusieurs questions du type « quels sont les différents symptômes du cancer colorectal ? », « Quelle est la cible principale de cette action de sensibilisation ? »… Et puis le 24 mars, c’était le tour des mots croisés. Quel est le mot BONUS, le mot caché ? Chercher des solutions dans tous les sens, un exercice pas si facile en fin de compte, et qui a permis de sensibiliser les cruciverbistes et autres amateurs de jeux de lettres au dépistage du cancer colorectal. Des bonnes idées relayées par l’Hôpital Privé de Bois-Bernard (59), la Clinique Saint Amé de Lambres-Lez-Douai (59) et l’Hôpital Privé Arras Les Bonnettes (62), chaque mercredi du mois de mars.

Les internautes ont par ailleurs pu faire valoir leurs talents artistiques et soumettre des propositions pour illustrer le slogan « Vous êtes peut-être assis sur un cancer ». Vidéo, photo, dessin, tout un chacun pouvait laisser libre court à son inspiration. Et l’illustration retenue pour la campagne 2021 est magnifique. Essentiellement célébrée sur les réseaux sociaux cette année, le Pôle Artois peut se féliciter d’une campagne Mars Bleu très dynamique.

 

 

Information à tous les étages
Hôpital Privé Arnault Tzanck, Mougins Sophia Antipolis (06)

Sur le chariot, des dépliants, des questionnaires, des friandises et d’adorables biberons bleus (contenant du jus de fruit…). Puisqu’avec la Covid, les portes ouvertes au grand public étaient interdites, l’établissement a organisé une journée de sensibilisation en interne.
Le 16 mars, 17 étudiants infirmiers et aide-soignants, formés par le CRCDC* et répartis en cinq équipes, chacune avec son chariot bleu, ont parcouru tous les services de l’hôpital (soins, technique, logistique, administratif) afin de sensibiliser personnel et patients à l’importance du dépistage du cancer colorectal. En remplissant un questionnaire lié à la prévention, on participait à une tombola permettant de gagner sacs de plage et produits de soins. De son côté, le représentant d’un laboratoire se chargeait de démystifier la coloscopie. À la cantine et sur les plateaux-repas, suprême de volaille sauce au bleu et tarte à la myrtille en remettaient une couche (de bleu). Et le succès de cette journée a dépassé les attentes. « Quand on organise des portes ouvertes au rez-de-chaussée, on ne touche pas forcément les patients alités et l’ensemble du personnel, trop occupé », explique la responsable de la communication Julie Adrey. « Là, on a rencontré tout le monde grâce à une démarche à la fois efficace, ludique et agréable. » Et preuve que l’information est bien passée, parmi les seuls membres du personnel, vingt ont fait une demande de test auprès de la CRCDC.

*Centre de coordination de dépistage des cancers

 

 

La vérité sort de l’assiette
Hôpital privé du Val d’Yerres, Yerres (91)

Un demi de bière, un ballon de vin et un verre de pastis contiennent la même quantité d’alcool. Vrai ou faux ? Jeudi 25 mars, patients et personnels de l’hôpital découvraient sur le set de leur plateau-repas un quizz pour les aider à mesurer l’impact d’une hygiène de vie saine dans la prévention du cancer colorectal, ainsi que les symptômes pouvant les alerter. Et pour rester dans le ton, le repas concocté par Séverine Flanbard, la diététicienne de l’établissement, en collaboration avec le chef des cuisines, tirait franchement sur la couleur azur. Preuve en était cette tartiflette au bleu, ou encore cette panacotta colorée à la liqueur de curaçao. Dans le hall d’entrée et dans chaque service, des affiches relaient également l’opération Mars bleu, et des informations sont transmises aux patients. Mais comme chacun le sait, rien de tel qu’un bon plat pour faire passer un message.

 

 

Communiquer pour sauver
Clinique de Saint-Omer, Blendecques (62)

« J’ai vu en consultation un homme de 48 ans, responsable santé dans son usine, maman cancer du côlon, énorme risque familial. Ça faisait six mois qu’il saignait tous les jours et il m’a dit la phrase : ‘’C’est le stress docteur’’. » Le 30 mars dernier, à l’occasion de Mars bleu, les docteurs Loik Morel, gastro-entérologue, André Dabrowski et Aurélien Gracient, chirurgiens digestif et viscéral, ont animé une visioconférence à destination des professionnels de santé où ils ont pu insister, exemples concrets à l’appui, sur l’importance du dépistage du cancer colorectal et détailler sa prise en charge médicale. La visio a été suivie par une trentaine de médecins généralistes, pharmaciens, infirmiers, kinésithérapeutes… qui ont pu ensuite poser librement leurs questions. Un échange d’informations salutaire, sachant qu’en France 65 % des plus de 50 ans ne se font pas dépister.

 

 

Tous en baskets
Clinique Axium, Aix-en-Provence (13)

Quel point commun y a-t-il entre le rappeur Akhenaton, l’auteur de bandes dessinées Lili Sohn*, le pilote de rallye Sébastien Ogier et le footballeur Basile Boli ? Une même envie de soutenir le défi sportif lancé du 1er au 31 mars par le Centre de dépistage des cancers SUD PACA. L’idée : promouvoir la pratique régulière d’une activité physique, qui contribue à réduire le risque de développer des cancers et plus particulièrement le cancer du côlon. À la clinique Axium, l’opération a été relayée par les réseaux sociaux, des affiches dans le hall d’accueil mais aussi dans les services d’endoscopie et de radiologie. Pour participer, rien de plus simple : scanner un QR-code, s’inscrire et récupérer un dossard numérique. Puis chausser ses baskets, enfiler son maillot de bain et, jusqu’au 31 mars, faire le plus de km possible. Les frais d’inscription et les dons que généreront le défi seront reversés au Centre de dépistage pour améliorer la prévention et la sensibilisation dans la région PACA.

* Atteinte d’un cancer du sein, elle est connue pour avoir ouvert un blog BD, narrant avec humour et en couleurs son quotidien et sa maladie.

 

 

Le dépistage, c’est vital
Polyclinique du Parc, Cholet (49)

Pendant tout le mois de mars, la polyclinique s’habille aux couleurs de Mars Bleu pour sensibiliser la population au dépistage du cancer colorectal. Chaque année, cette maladie touche 43 000 nouvelles personnes en France, figurant au 3e rang des cancers les plus fréquents et au 2e rang des plus meurtriers. La situation sanitaire, une fois encore, ne permettait pas de rassemblement du public pour des animations, mais en affichant un message de prévention dans les salles d’attente et en 3x8m sur la façade, l’équipe soignante espère alerter un maximum de personnes et faire prendre conscience qu’un simple contrôle peut sauver une vie.

 

 

Exposition prévention
CHP de Brest, Brest (29)

Après la participation d’une diététicienne du CHP de Brest le 18 mars au webinaire départemental Mars Bleu et pour prolonger ses actions en faveur du dépistage du cancer colorectal, le CHP a accueilli pendant toute une semaine une exposition de prévention réalisée par la Ligue contre le cancer et la CPAM du Finistère. 7 kakémonos abordant le sujet du cancer colorectal et des préventions primaires (tabac, alcool, nutrition,…) étaient disposées bien en vue à l’accueil de l’établissement. Chacun à son rythme, les patients et visiteurs ont eu tout le loisir de consolider les acquis et d’en apprendre encore plus sur ce cancer qui, avec une bonne hygiène de vie et les bons gestes de prévention, peut être évité ou guéri dans bien des cas. Une campagne largement diffusée sur les réseaux sociaux.

 

 

Mangez au naturel
Institut de cancérologie Paris-Nord, Sarcelles (95)

« Mangez des fruits et légumes ! Des brocolis, poireaux, asperges, tomates, pommes ou abricots, peu importe, le principal étant d’absorber des sels minéraux et des fibres, qui participent à prévenir l’apparition et la récidive du cancer du côlon. » Le 25 mars dernier, à l’occasion de Mars bleu, l’institut a organisé pour ses patients une visioconférence sur le thème « Alimentation et prévention du cancer du côlon et du rectum », animée par le Dr Cyril Laporte, oncologue radiothérapeute mais également micro-nutritionniste spécialisé dans l’alimentation en lien avec les cancers. Outre les fruits et légumes – cuits, crus, surgelés ou en soupe -, cet expert a invité son auditoire, d’une manière plus large, à « se nourrir autrement » en consommant le plus possible d’aliments non transformés et en diminuant au maximum les aliments ultra-transformés (barres chocolatées, snacks en tout genre, gâteaux industriels, préparations laitières complexes…). En effet, une augmentation de 10% d’aliments ultra-transformés dans la ration calorique quotidienne, est associée à un risque général de cancer de 12% et de cancer du sein de 11%, selon l’étude NutriNet-Santé 2018. De précieux conseils qui valent donc pour tous les cancers.

 

Crédits photos : Pôle Artois Ramsay Santé, Hôpital Privé Arnault Tzanck, Hôpital privé du Val d’Yerres, Clinique de Saint-Omer, Clinique Axium, Polyclinique du Parc, CHP de Brest, Institut de Cancérologie Paris Nord.