Fil Bleu du 03 mars 2016

Le nouveau test permettra d’accroître le dépistage

Avec 35 000 nouveaux cas par an, le cancer du côlon détient le triste titre de 3ecancer en France (après celui du poumon et du sein) et avec 17 500 décès par an, il constitue la 2e cause de décès par cancer.

Le côlon étant un organe profond, le dépistage est indispensable pour détecter cette pathologie le plus tôt possible et accroître les chances de survie avec une qualité de vie satisfaisante. Pourtant, actuellement 50 % des cancers du côlon ne sont diagnostiqués qu’aux stades III ou IV. Une impuissance devant la maladie inacceptable pour le corps médical de nos établissements de santé et les patients. Nous savons que plus le cancer est détecté tôt, plus les chances de guérison sont élevées : une petite tumeur ne nécessite pas de lourds traitements chirurgicaux et à ce stade, le cancer peut se guérir dans 9 cas sur 10.

Il y a un an, lors de la précédente campagne « Mars Bleu » dédiée au dépistage du cancer du côlon, nous regrettions que le nouveau test immunologique ne soit toujours pas disponible. C’était encore un exemple flagrant du délai trop long de mise à disposition auprès des usagers de techniques qui simplifient, facilitent et améliorent les dépistages ou les traitements. Heureusement, malgré 18 mois de retard, ce test est enfin disponible depuis mai 2015. Plus fiable et surtout plus facile à réaliser à la maison, il devrait permettre de réserver les examens de coloscopie aux personnes réellement à risque.

Concrètement, l’accès au test immunologique est gratuit pour les personnes de 50 à 74 ans, qui devront le réaliser tous les deux ans. Très simple d’utilisation, il se fait en un seul prélèvement des selles, et les résultats sont disponibles en quelques semaines. Son accès implique les médecins traitants, puisque ce sont eux qui, sur demande du patient, fournissent le kit de réalisation.

Sa mise à disposition récente ne permet pas encore de savoir si le nombre de dépistages a beaucoup augmenté, mais gageons que c’est d’ores et déjà une réalité. L’impact sur les chiffres de mortalité du cancer du côlon devrait être observé rapidement, dès la campagne « Mars Bleu » de 2017.

Rappelons que les établissements de santé privés prennent en charge 47 % des actes de chirurgie du cancer du côlon, et cela dans des délais plus courts. En effet, l’étude de l’INCa publiée en 2012 montre que le délai moyen entre la coloscopie et la chirurgie est de 22,7 jours dans les établissements de santé privés, de 27,5 jours dans les CLCC et de 29,5 jours dans les CHU.

Nous remercions vivement tous ceux d’entre vous qui s’engagent dans cette campagne d’une grande cause nationale et dont les quatre « Fil bleu » du mois de mars se feront l’écho. Vous démontrez, par le dynamisme de vos actions et par l’excellence des soins prodigués, que le secteur de l’hospitalisation privée est incontournable.

Les initiatives

 Le 1er mars c’est le Colon Day

Conseil National Professionnel d’Hépato-Gastroentérologie (CNPHGE)

C’est avec un slogan humoristique « Attention, vous êtes peut-être assis sur un cancer ! », que le Conseil National Professionnel d’Hépato-Gastroentérologie (CNPHGE), a souhaité lancer sa 8e journée de prévention du cancer du côlon, leColon Day, le 1er mars. « Le côlon est un organe difficilement médiatisable », explique le Dr Eric Vaillant du CNPHGE, « le côlon c’est « sale », les gens ont peur d’en parler. Et pourtant il devrait n’y avoir aucune gêne à parler du dépistage du cancer du côlon. Un cancer c’est un cancer, peu importe où il se trouve. Il faut que les gens se libèrent de cette « répugnance » pour quelque chose qui est au final émotionnel. » Parce que le cancer du côlon est la 2e cause de décès par cancer et que seulement 30 % des Français se font dépister. Les médecins gastro-entérologues partout en France se mobilisent chaque année activement en proposant des consultations gratuites afin de permettre à chacun de mieux comprendre les enjeux du dépistage, informer sur les niveaux de risques, sur l’importance du suivi et pour inciter les usagers à des diagnostics précoces.


La Marche de la « Vague Bleue »

Clinique chirurgicale Porte Océane, Les Sables-d’Olonne (85)

La Marche de la « Vague Bleue », co-organisée par la Clinique Chirurgicale Porte Océane, aura lieu le 20 mars prochain, symboliquement sur le Remblai des Sables, jadis édifié pour combattre les assauts de l’océan. « Le bleu c’est pour rappeler le mois du dépistage du cancer colorectal et la vague parce qu’on est au bord de mer, mais aussi parce que nous souhaitons que cette manifestation en fasse une grande et touche le plus de monde possible », explique Daphné Royal, directrice. La clinique qui avait déjà associé l’hôpital des Sables et son équipe de gastro-entérologues en 2015 pour Mars Bleu, a souhaité cette année que cette manifestation rayonne au-delà du seul périmètre du Pôle Santé et a interpellé la mairie pour un événement sportif à l’échelle de la ville. Le Dr Tesson, médecin addictologue et 1ère adjointe a pris la balle au vol en alliant l’ensemble des associations, professionnels, praticiens du territoire réunis dans le cadre d’un Club Santé lancé par la mairie en février 2016.


Les professionnels de soins font le relais

SAS Clinique Saint-Francois, Mainvilliers (28)

« Nous participons chaque année à Mars Bleu en coopération avec le centre de coordination des dépistages des cancers organisés en Eure-et-Loir ADOC 28, mais cette année et exceptionnellement, ses représentants n’interviendront qu’auprès de nos personnels au self », explique Hélène Ragache, chargée de communication. Comment sensibiliser ses patients, une cible prioritaire ? Les équipes de la clinique ont opté pour la distribution de flyers et la proposition aux patients d’un dessert bleu servi avec un petit carton portant la mention : « Mars Bleu, mois international du dépistage du cancer colorectal, parlez-en autour de vous ! » Les équipes relais et les cinq gastro-entérologues de l’établissement se sont tenus à disposition le 1ermars, pour répondre à toutes les questions.


Explication depuis l’intérieur du côlon…

Clinique Charcot, Sainte Foy les Lyon (69)

La « semaine bleue » de la Clinique Charcot se termine demain autour d’un côlon géant gonflable installé sous un chapiteau, où des soignants et un médecin accueilleront de 10h à 18h les visiteurs pour une séance pédagogique depuis l’intérieur de cet organe… « Faire comprendre le fonctionnement du côlon, expliquer la nécessité du dépistage est la mission à laquelle adhèrent les six gastro-entérologues de la clinique », explique le Dr Rémi Systchenko. « Cette année est très particulière car nous attendons beaucoup du nouveau test : de 30 % avec Hémocult, nous espérons atteindre 50 %, voire plus. Nous constatons une meilleure adhésion des patients. »
Une série de posters sous forme de quizz réalisés par l’équipe étaient affichés durant la semaine dans le hall, l’occasion de rencontres informelles entre soignants et médecin et le grand public. Une vidéo sur la coloscopie tournait également en boucle afin de dédramatiser l’examen. « L’intérêt des patients est réel. Ils arrivent avec un regard parfois dégoûté, parle de flore microbienne ou du côlon comme un deuxième cerveau. Cette semaine est une occasion unique sous forme ludique de capter l’attention du grand public et d’apporter des informations sérieuses. »