Fil rose du 3 octobre 2018

GRAND ANGLE

Nous sommes très heureux de lancer la 5ème édition du « Fil Rose » co-édité par la FHP-MCO et l’AFC-UNHPC. Cette newsletter permet de valoriser les initiatives d’information et de dépistage portées par les équipes soignantes et les médecins au sein des établissements de santé privés à l’occasion de la campagne Octobre Rose. Et force est de constater qu’elles sont de plus en plus nombreuses, ce qui fait de ce moment de prévention un rendez-vous incontournable pour notre secteur.

Si la dynamique est bien lancée, le taux de dépistage de 65 % préconisé sur le plan national par le Plan Cancer n’est toujours pas atteint : il s’élevait à 52 % en 2012, et à presque 50 % en 2017. Les organisateurs du dépistage et des campagnes d’information s’interrogent et tentent de trouver des solutions. L’une d’entre elles vise à diffuser de nombreux messages faisant la promotion du dépistage, et notre implication dans la campagne « Octobre Rose » y contribue.

Nous n’aurons de cesse de le rappeler : le stade est le facteur pronostique principal du cancer du sein. Le risque qu’un cancer du sein de stade précoce réapparaisse étant moins élevé, son pronostic est plus favorable. Un cancer du sein diagnostiqué à un stade plus avancé engendre un risque plus élevé de récidive, et de ce fait son pronostic est moins favorable.

L’INCa revient cette année aux fondamentaux et recentre ses messages sur des faits. Parallèlement, l’INCa informe aussi sur les risques potentiels du dépistage afin de réduire l’impact des « anti-dépistage » qui se sont fortement exprimés il y a deux ans.

Les efforts de tous sont nécessaires pour promouvoir le dépistage du cancer du sein. Les marques d’engagement de l’hospitalisation privée sont pour cette édition 2018 toujours aussi probantes. Bravo à tous !

ZOOM

Clinique de Saint-Omer, Saint-Omer (62)
Octobre Rose, en ordre de marche…

Malgré la pluie, 300 personnes ont parcouru les 6 ou 12 km de cette 8édition de la « Marche du Ruban Rose », organisée par la clinique, en lien avec les associations
Saint’O Fil Colors et Longuenesse Nature Aventure.

Une exposition de voitures anciennes, des activités (fitness, manucure, maquillage pour enfants, couture) et une tombola ont ensuite rythmé cette journée. Sur les stands des associations partenaires, les participants ont été nombreux à s’informer sur les techniques de dépistage et la prise en charge du cancer du sein.

Institut de cancérologie Lille Métropole, Lille (59)
À fleur de peau

Les cicatrices peuvent engendrer une véritable souffrance psychologique chez les femmes opérées d’un cancer du sein. Pour les recouvrir, 8 femmes ont choisi le tatouage éphémère. Une façon artistique de se réapproprier leur corps.

Le principe ? Un dessin réalisé sur une feuille stencil est apposé temporairement sur la cicatrice. La cicatrice disparaît, ou bien devient un élément de l’oeuvre. 8 patientes de 40 à 62 ans se sont donc rendues début septembre dans un salon de tatouage dont l’équipe, exclusivement féminine, est notamment spécialisée dans le recouvrement des cicatrices pour les grands brûlés. « Tout est réalisé sur-mesure. Redessiner la cicatrice, faire les dessins autour… C’est un processus très intime. » confie Aurélie Clerquin, chef de projet à l’Institut de cancérologie. L’une a par exemple choisi d’apposer les premières lettres des prénoms de ses trois enfants, ses phares dans le combat. Paule Neel, artiste photographe qui avait déjà exposé une série sur les violences faites aux femmes, a capté leur cheminement, de la conception du dessin au 1er regard dans la glace. Vernissage de l’exposition le 2 octobre.

Cette expérience a permis aux patientes de passer un cap. Plus de la moitié ont pris rendez-vous pour un tatouage permanent, qui sera partiellement financé par une association.

Hôpital Américain de Paris, Neuilly / Seine (92)
Tambour battant

Peut-on prédire le risque de développer un cancer du sein ? Comment personnaliser le dépistage ? La conférence  du 16 octobre donnera la parole aux Prs Robert Sigal, directeur général de l’établissement, et Lionel Védrine, chef du pôle Cancérologie.

L’occasion de présenter le pôle d’excellence dédié au cancer du sein, dont le Women’s Risk Institute, créé en juin 2018. Dirigé par le Dr Mahasti Saghatchian, il vise à évaluer le risque individuel de cancer du sein pour faire de la surveillance personnalisée et de la prévention un réflexe santé pour toutes les femmes. Le Dr Marc Abehsera détaillera les avancées technologiques liées à la mammographie, puis le Pr Thierry Bouillet abordera les liens entre activités sportives et prévention. L’Hôpital Américain de Paris se pare de rose tout au long de ce mois, depuis sa façade et sa porte tambour emblématique, jusqu’aux tenues colorées mises à disposition d’un personnel particulièrement mobilisé.

Polyclinique Saint-Côme, Compiègne (60)
Comme les doigts de la main

Une édition d’Octobre Rose particulièrement faste, avec l’illumination de la façade, les tenues et repas roses, un atelier sur l’autopalpation, 2 challenges sportifs, et la participation au Pink glove photo competition…

Ils sont plus que motivés ! Certains participeront à la course « La Compiégnoise », avec une épreuve réservée aux femmes, et une autre réservée aux hommes… déguisés en femme ! D’autres transpireront sur des rameurs, vélos, et tapis roulants – lors du challenge « Fil rose » organisé en interne – afin de récolter des fonds pour une association. L’équipe de Surveillance continue en oncologie a quant à elle choisi de participer au Pink glove photo competition, organisé par un fournisseur de l’établissement. N’hésitez pas à voter pour eux, à partir du 8 octobre, via la page Facebook de la polyclinique ! S’engager, ensemble… Le credo partagé par un personnel soudé.

INSTANTANÉS  

Clinique Jeanne d’Arc, Lunéville (54)

La clinique expose les œuvres de 14 élèves se préparant au Brevet des Métiers d’Art en Broderie. Le thème : les plantes médicinales. Une délicate manière de promouvoir Octobre Rose, en valorisant un savoir-faire local et ancestral.

 

Clinique des Cèdres, Échirolles (38)

Octobre Rose a débuté en juin, 9 salariés ayant couru l’Échirolloise. Les 2 et 18 octobre sont prévus un atelier « autopalpation » puis une journée d’action, avec des stands, du pilates, un repas rose, et le jeu concours : « Création d’un ruban rose ».