Fil rose du 22 octobre 2019

 

 

 

Clinique Saint-Antoine, Bois-Guillaume (76)
Octobre Rose rock !

Le 15 octobre, la clinique Saint-Antoine, près de Rouen a organisé un concert en deux parties. Première partie, peu musicale : une soirée thématique ouverte au grand public avec les médecins de la clinique spécialisés dans le dépistage et le traitement du cancer du sein : gynécologues, chirurgiens et radiologue. La soirée a été suivie d’un chaleureux verre de l’amitié, avant l’entrée en scène de la deuxième partie : le groupe Saint Hilaire, composé de médecins, qui se taille un vrai succès sur les scènes rouennaises, avec son tube « Le syndrome de la guérite ».

Par ailleurs, la clinique a organisé le 1er, le 3, le 8 et le 10 octobre des stands d’information sur le dépistage et sur les soins de support. « Ces stands sont très utiles » explique Mme Touré-Manié, responsable qualité, chargée de la communication de la clinique. « Certaines patientes ne savent pas forcément quels types de prothèses capillaires existent, quelle lingerie… Certaines ne savent même pas que la reconstruction mammaire est possible ! » D’où l’importance de communiquer… Et en musique !

Clinique Sainte-Thérèse, Paris (75)
Meringues roses et macarons Ladurée !

À la clinique Sainte-Thérèse, à Paris, les patientes et les visiteurs ont été accueillis sur un stand proposant des gourmandises roses. Dans cet établissement engagé fidèlement, d’année en année, dans Octobre Rose, macarons Ladurée roses pailletés, meringues et marshmallow roses, palets bretons à la framboise ont été servis sur un stand. De quoi entrer en douceur et avec bonne humeur dans le mois du dépistage de la prévention du cancer du sein!

« Nous sommes une maternité », explique Lucile Montet, attachée de direction, « nous ne voulions pas délivrer un message anxiogène, mais témoigner notre soutien avec des messages positifs. » L’ensemble du personnel, soignants comme administratif était habillé en rose. « Il y a encore des gens, même parmi les médecins, qui ne savent pas du tout ce qu’est Octobre Rose et qui nous ont interpellés sur nos tenues. Il reste encore du travail ! » Les membres des équipes ont également distribué des roses et des goodies à près de quarante patientes. « Tout le monde était ravi, il y avait vraiment un état d’esprit fédérateur, un sens de l’équipe, pour sensibiliser à cette cause. Nous étions heureux de participer. » Un grand bravo, et à l’année prochaine !

Hôpital Privé d’Eure-et-Loir, Mainvilliers (28)
Les Parapluies d’Eure-et-Loir

À Chartres, la Cathédrale est éclairée en rose, les arbres sont décorés de papillons en verre, la ville entière participe à Octobre Rose. L’Hôpital Privé d’Eure-et-Loir n’est pas en reste : la direction a prévu des T-shirts roses pour tous les postes administratifs de l’établissement et les secrétaires médicales, des tenues jetables roses pour les soignants et le personnel du bloc opératoire. Et tout au long du mois d’octobre, la clinique vendra des parapluies roses au profit du dépistage du cancer du sein.

Le 15 octobre, un stand d’information et de prévention est prévu, tenu par le Dr Sylvain Teillet, Médecin coordonnateur du centre régional de Coordination des dépistages des cancers – Centre Val de Loire, afin de sensibiliser les patients et les professionnels de l’établissement.

En partenariat avec Elior, un repas rose a été proposé aux professionnels de santé déjeunant au self de l’établissement. Un dessert rose sera également servi aux patients, accompagné d’un marque page plastifié, avec un petit rappel : « Octobre Rose, mois de sensibilisation au dépistage du cancer du sein. Je m’engage à faire passer le message. Et toi ? » Par ailleurs, l’établissement participe à « La Chartraine », une marche de 5 km et une course de 10, le 27 octobre. La direction offre le prix de l’inscription à tous les participants de l’établissement, 5 euros par inscription sont reversés à la lutte contre le cancer du sein en Eure-et-Loir.

Hôpital privé du Confluent, Nantes (44)
Détectives roses à l’Hôpital privé du Confluent

Où est passé le Dr Jean Hugues Ross, éminent chercheur en oncologie ? Depuis sa disparition, un soir de pleine lune, l’Hôpital du Confluent à Nantes est en émoi. Lui qui proclamait partout avoir découvert l’ultime molécule pour soigner le cancer du sein… A-t-il été enlevé par les services secrets étrangers, victime d’un complot sino-qatari ? Et si la clé de l’énigme se trouvait plutôt au cœur des services de l’Hôpital du Confluent ?

La pièce de théâtre « On ne badine pas au Confluent », écrite par Natacha et Audrey, deux patientes en oncologie, est une comédie policière accompagnée par la chorale de l’établissement, qui fait passer avec humour et sensibilité le message du dépistage. Née d’ateliers d’écritures, de théâtre et de chants, proposés aux patientes par la clinique entre mars et octobre, la pièce a été interprétée le 17 octobre dernier, dans la salle de conférence de l’établissement, devant près de 250 personnes. Composé de familles, soignants et patients, le public s’est montré très réceptif face à ce spectacle qui entrecroisait dérision, intrigue et émotion. L’exposition de photos « Sur la route du rose » de Tony Maillard, photographe nantais, constituait un écrin de choix pour la pièce de théâtre. Bravo pour la créativité de l’Hôpital du Confluent !

Clinique du Cap d’Or, La Seyne-sur-Mer (83)
Un festival d’ateliers

La clinique du Cap d’Or a organisé le 15 octobre dernier, un festival d’ateliers dans la cadre d’Octobre Rose. « Cette année, nous avons localisé la manifestation à Cap Feminae, le centre d’imagerie du Sein en face de la clinique » explique Anne-Sophie Dhouailly, responsable du pôle oncologie de l’établissement et présidente de l’association Asso Cap, qui offre des soins de support. « Nous avons eu un peu peur que les gens ne nous trouvent pas, car d’habitude, nous étions simplement dans le hall de la clinique. Mais comme nous avions annoncé l’évènement en amont, dans Var Matin, tout s’est bien passé. » En effet, près de 70 personnes ont rejoint les stands et participé aux ateliers.

Asso Cap a présenté des soins de support, Sud PACA a expliqué les bases du dépistage. Par ailleurs, des coussins cœurs fabriqués dans un Ehpad à proximité ont été remis aux femmes malades. Ensuite, la visite du mammotome a été organisée par le Dr Voiturier, oncologue de la clinique. Trois soins de support, ­­— réflexologie, massage bien-être et soins esthétiques—, ont été offerts aux participants, avant de rejoindre un atelier gourmandise pour déguster pâtisseries et boissons. « Tout le monde était ravi ! » Le public était composé de patientes, de leurs familles, ou tout simplement de personnes intéressées. « Si je ne devais garder qu’une chose de cette journée, c’est cette dame qui avait été soignée d’un cancer à Marseille, et témoignait de sa grande solitude dans la prise de sa chimiothérapie orale. Les soins de support et Octobre Rose sont là-pour ça : ne pas se sentir seul face à la maladie ! » raconte Anne-Sophie Dhouailly. « C’est tout le travail des infirmières coordinatrices. » Un grand bravo pour le festival des ateliers et à l’année prochaine !

Clinique du Parc Impérial, Nice (06)
La qualité de l’information

Cette année, la Clinique du Parc Impérial à Nice a misé avant tout sur la qualité de ses interventions, pour la journée organisée le 11 octobre dernier pour Octobre Rose. « Nous avions un stand avec un oncologue, un autre avec un infirmier d’annonce, un stand de la Ligue contre le cancer pour dispenser au public une vraie expertise sur l’importance du dépistage du cancer du sein » explique Imen Karoui, responsable qualité. Par ailleurs, tous les prestataires présentant des soins de support, invités par la clinique, avaient une histoire personnelle avec le cancer. « Le retour d’expérience n’est pas le même, si l’on a été touché personnellement par la maladie ou non. » La Clinique a accueilli l’entreprise niçoise les Franjynes, dont la créatrice a été atteinte d’un cancer du sein, et qui produit des bandeaux à franges pour les femmes souffrant d’alopécie. « Un moment marquant pour moi de la journée a été lorsque j’ai vu, à ce stand, une patiente enlever pour la première fois son turban depuis des mois et se déclarer prête à essayer une perruque. Elle avait passé le cap, elle était prête à vivre avec sa maladie. » La journée a accueilli près d’une centaine personnes, parfois spontanément, parfois sur invitation. Bravo à la clinique du Parc Impérial !

 

Centre médico-chirurgical de Tronquières, Aurillac (15)
Aurillac pour Elles

Le Centre médico-chirurgical de Tronquières, à Aurillac, était un partenaire privilégié de la Course « Aurillac pour Elles », organisée par le Comité départemental olympique sportif, qui a accueilli près de 3 250 participantes le 13 octobre dernier. Le Centre médico-chirurgical y a tenu un stand pour présenter la filière sénologique de l’établissement. 15 T-shirts étaient à gagner ! Quelques jours auparavant, le 11 octobre, l’établissement avait accueilli un stand de la Ligue contre le cancer, où 60 personnes ont pu être sensibilisées devant un décor de ballon roses.

Clinique du Pays de Rance, Dinan (22)
Solidarité par-delà les spécialités

« Ce n’est pas toujours facile de réunir des associations – très occupées au mois d’octobre -, mais nous avons tenu à marquer le coup ! » explique Annick Le Berre, responsable qualité à la Clinique du Pays de Rance. La clinique du Pays de Rance, à Dinan, n’a pas de service chimiothérapie ni de service radiothérapie, mais elle a l’autorisation d’exercer la chirurgie du cancer du sein. Aussi, l’établissement tient à se montrer solidaire d’Octobre Rose en organisant une décoration, un affichage spécial, un repas rose pour ses personnels…

Polyclinique de Kério, Noyal-Pontivy (56)
Un marque-page très instructif !

La Polyclinique de Kério, à Noyal-Pontivy, a conçu un marque-page qui retrace les quatre étapes de l’auto-palpation et rappelle qu’elle est utile à tout âge ! « Un objet simple, mais très explicatif et que l’on garde avec soi ! » explique Gwenaelle Lefrançois, assistante qualité. Le marque-page a été distribué aux femmes lors d’une journée organisée par la clinique le 17 octobre dernier, où la Ligue contre le Cancer et l’infirmière d’annonce ont tenu un stand. Accueillies par un personnel tout en rose, plus de 170 personnes ont pu bénéficier de leurs présentations et recevoir une rose… rose. Bravo à la Polyclinique de Kério !

Clinique chirurgicale Porte Océane, Les Sables d’Olonne (85)
Troquer en rose à Porte Océane

Cette année encore, la Clinique Porte Océane, aux Sables d’Olonne, a renouvelé son Troc Rose, un vide grenier gratuit. L’occasion, non pas de faire des bonnes affaires, puisque tout est gratuit, mais de libérer la parole sur le cancer du sein et de rassembler les femmes. « Les gens se racontent en échangeant ! », explique Marie-Laure Pereira, en charge d’Octobre Rose. Par ailleurs, la clinique a organisé le 14 octobre un atelier d’auto-palpation, invité un tatoueur capable de faire disparaître les cicatrices, l’auteur du livre « Ma vie en Rose », Marie Pons, et de nombreuses associations. Encore une belle année pour la Clinique Porte Océane !

Crédits photo : Clinique Saint-Antoine, Clinique Sainte-Thérèse, Hôpital Privé d’Eure-et-Loir, Hôpital privé du Confluent, Clinique du Cap d’Or, Clinique du Parc Impérial, Centre médico-chirurgical de Tronquières, Clinique du Pays de Rance, Polyclinique de Kério, Clinique chirurgicale Porte Océane