Fil rose du 24 octobre 2019

 

 

Clinique François 1er, Saint-Dizier (52)
Planter des arbres en musique pour Octobre Rose

Un cerisier japonais et un Gingko Biloba. Ce sont les deux arbres qui ont été plantés à la clinique François 1er à Saint-Dizier dans le cadre d’Octobre Rose, le 9 octobre dernier. Deux arbres hautement symboliques. « Le Cerisier japonais rappelle le Japon et la série de catastrophes liées aux radiations que le pays a traversée, depuis Hiroshima jusqu’à Fukushima. L’arbre fleurit en rose, une couleur à propos pour Octobre Rose. Le Gingko quant à lui, est le seul arbre qui résiste aux radiations et le symbole du groupe Louis Pasteur » explique le Dr Tryhoen, chirurgien à la clinique et fondateur d’une association d’aide aux opéré.e.s du sein. La plantation a été accompagnée par un concert de cors de chasse. « Pour faire la chasse au cancer ! » et de stands d’information sur le dépistage et la prévention du cancer du sein, où des objets faits mains étaient vendus. Le lendemain, un orgue de barbarie accompagnait des chants traditionnels français : Les amants de Saint-Jean, La java bleue, les grands classiques ont été repris par les membres de la chorale de l’association d’aide aux opéré.e.s du sein. Les patientes ont réarrangé à leur sauce les paroles de la chanson « À nos souvenirs » du groupe Trois Cafés Gourmands. Une marche de 6 km a également eu lieu. « Nous cherchons à organiser le plus d’activités possible, pour les femmes atteintes d’un cancer. L’année prochaine, nous espérons faire venir un orchestre de jazz, et même, si c’est possible louer une salle de concert pour un opéra d’une heure et demie, au profit de l’association. » Un Octobre Rose très musical !

Clinique Saint Charles, La Roche-sur-Yon (85)
En Vendée, Octobre Rose est l’affaire de tous

« Nous avons réalisé ce jeudi 17 octobre une grande fresque composée de nombreux nœuds roses. Chaque membre du personnel, du corps médical, les patients et visiteurs, ont accroché un nœud pour écrire « OCTOBRE ROSE » au sein du hall de la clinique, chacun a fait un geste ! » explique Mme Moussion, référente en soins infirmiers.
Les associations Entre-Parenthèses, Vivre comme avant, Cocoon S’occuper de soi, Abracadabra Créations, le 3C Vendée, La ligue contre le cancer, en lien avec la clinique, ont
permis ce temps d’information et de dialogue. Nos équipes soignantes étaient vêtues de rose. « Depuis 6 ans que nous organisons cette manifestation, nous avons d’excellents retours, le
public est à l’écoute, ce qui nous permet de faire circuler la parole et d’œuvrer à la prévention contre le cancer du sein. »

Clinique de l’Europe, Rouen (76)
La féminité à l’honneur

La Clinique de l’Europe, à Rouen, a éclaté son programme sur 5 journées tout au long du mois d’octobre. « Nous essayons de nous diversifier, au fil des années » explique Rémy Mucyo, chargé de mission à la Clinique de Rouen. « Le cancer est une thématique délicate, et nous avons tenté de l’approcher de manière ludique, pour dé-diaboliser la maladie. » La Clinique a démarré Octobre Rose le 5 octobre dernier par une participation à une course et des « Olympiades », suivies d’un apéro concert, à destination des usagers et professionnels de la clinique. Le lendemain, quelques professionnels participaient à la course « La Reinette » au profit de l’association Emma, pour la lutte contre le cancer du sein. 7 km, courus ou marchés, pour que l’évènement soit accessible à tous les sportifs (ou apparentés).

Le 9 octobre, la journée de sensibilisation de l’établissement, avec des professionnels « tous en rose » pour une photo en tenue rose a battu son plein à Rouen, tandis qu’une semaine plus tard, le 16, la journée était consacrée plus spécifiquement aux soins de support. De nombreuses associations y ont participé, comme Vivre comme avant, une association d’aide aux malades, K’rosa, un lieu réservé aux femmes, hors les murs de la clinique, pour parler cancer en dehors de la structure médicale, ou encore Asaperf, géré par des infirmières coordinatrices engagées dans le retour à domicile. « Les soins de support sont géniaux pour lutter contre le stress et la solitude », remarque Rémy Mucyo. Une coiffeuse a présenté les perruques qu’elle produit, utilisant exclusivement des teintures naturelles et des massages ont été offerts aux participants par une socio-esthéticienne. « Ce qui m’a frappé, c’est l’accent qui a été mis sur la féminité. L’un des messages était vraiment : ce n’est pas parce que l’on a été atteinte par un cancer qu’il faut faire une croix sur sa féminité », ajoute Rémy Mucyo. Le 18 octobre un menu rose a été servi, avant d’accueillir, le 24, une animation de La ligue, ainsi qu’un coach sportif et une diététicienne. Un programme très complet et bien réparti sur l’ensemble du mois !

Polyclinique de la Baie, Saint-Martin des Champs (50)
Danser la mammographie !

Une Flash Mob a été organisée par les élèves de l’Institut de formation d’aide-soignants, à la Polyclinique de la Baie à Avranches. Avec une chorégraphie sur le thème « Faire une mammographie », les élèves ont dansé du départ de la clinique jusqu’à l’entrée du service de mammographie ! Par ailleurs, un « vélo mixeur » avait été installé dans le hall de clinique. « On pédale, et l’énergie permet de mixer des fruits pour faire des smoothies ! », explique Virginie Jean, chargée de communication à la Polyclinique. « Une manière ludique de faire passer le message : les fruits sont bons pour la détox et l’activité physique aussi ! » Les sages-femmes libérales étaient également présentes pour enseigner aux femmes les gestes de l’auto-palpation. Jeudi 17 octobre, la journée était consacrée au bien-être. Une esthéticienne est passée dans l’établissement pour réaliser des ‘manucures roses’ et le salon Art Coiffure, à Avranches, a présenté des coussins avec une forme adaptée pour réduire les douleurs du bras et du sein après une opération ou un traitement. Et le vendredi suivant, tous l’établissement était habillé en rose. « On nous regarde bizarrement, mais c’est l’occasion de discuter ! » affirme Virginie Jean. Bravo à la Polyclinique de la Baie !

Clinique Victor Pauchet, Amiens (80)
Petites foulées, grandes avancées !

Pour participer à la campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein, les professionnels de la clinique organisent pour la deuxième fois « La Victor Pauchet », une course solidaire pour parler du cancer, sensibiliser, promouvoir l’activité physique comme moyen de prévention. Elle se tiendra cette année le 26 octobre autour de la clinique avec plusieurs circuits : une baby promenade dans la Vallée des Vignes, en poussette ou en portage pour les jeunes parents, deux courses de 5 et 10 km, une marche de 5 km et une  course pour les enfants jusqu’à 12 ans. Les recettes des inscriptions permettront de financer des soins de confort pour les patients de la clinique atteints d’un cancer.
Côté visites et festivités, le service de radiologie ouvrira ses portes au grand public, et les professionnels de la Clinique, en coopération avec les associations partenaires, diffuseront des informations sur la dépistage et les soins de support, notamment la sophrologie, avec des séances découverte. Le théâtre s’invitera à l’événement avec des représentations l’après-midi. Bravo à la Clinique Victor Pauchet pour ce déploiement d’énergie !

Hôpital Privé Pasteur, Évreux (27)
Apprendre les bons gestes

Après avoir vu la vie en rose le mardi 15 octobre, de la tenue des professionnels aux assiettes servies le midi aux patients et au self, le vendredi 18 octobre, des stands d’information ont rythmé la journée de l’établissement. La Clinique Pasteur s’est entourée de précieux partenaires : La ligue contre le cancer qui a présenté l’association avec des ateliers « découverte » pour les usagers, l‘Assurance maladie pour les informations sur le dépistage et le principe de la mammographie, en lien avec Décade (Dépistage des cancers de l’Eure), et enfin un stand dédié à l’auto-palpation, exercice important pour le dépistage du cancer du sein, avec un buste mis à disposition par un laboratoire. De nombreux visiteurs, mais aussi professionnels de santé, se sont prêtés au jeu, et ont compris le principe et appris les bons gestes à reproduire pour limiter le risque de passer à côté d’une anomalie du sein.

 

 

Hôpital Privé Paris Essonne Les charmilles, Arpajon (91)
Mobilisés !

Les équipes se sont mobilisées une semaine durant, du 14 au 18 octobre, pour participer à la promotion du dépistage, délaissant un court instant leur mission curative pour se livrer à une tâche préventive. La remise de goodies était une bonne entrée en matière pour entamer un dialogue avec les patientes et accompagnants. Les représentants des usagers sont venus leur prêter main forte, et ont animé un stand supplémentaire. Un buste de palpation a été présenté aux professionnels ainsi qu’aux patients.

Centre Clinical, Soyaux (16)
Former à la dermographie

Le Centre Clinical a accueilli la première session de formation de dermographie réparatrice de France le 10 octobre. Cette formation a pour objet de former des professionnels de santé à ces techniques, alors que de nombreux tatoueurs s’autorisent à réparer des femmes dans le cadre de la reconstruction de la plaque aréolo-mamelonnaire. L’association des démographes de France collabore étroitement avec des professionnels du territoire, dont les chirurgiens du Centre Clinical, sur ce projet innovant.

CMC Les Cèdres, Brive-la-Gaillarde (19)
Au cœur de la mêlée !

Rendez-vous le 26 octobre au Stade Alexandre Cueille à Tulle, pour un match de rugby tout en rose, opposant le Sporting Club Tulle-Corrèze et l’équipe de Périgueux. Le CMC Les Cèdres est partenaire de ce bel événement, auquel toutes les femmes sont invitées, puisque l’entrée leur est offerte dans le cadre d’Octobre Rose. L’équipe de Tulle-Corrèze évoluera avec un jeu de maillots roses sponsorisés par les partenaires, puis revendus ensuite pour 100€ au profit à La ligue contre le cancer. Que les meilleurs gagnent !

Clinique Saint-Joseph, Angoulême (16)
On informe !

L’objectif était clairement affiché le 22 octobre : se mobiliser pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein. Pour cela, la clinique organisait la délivrance d’informations dans le hall de la clinique : campagne d’affichage et mise à disposition des supports officiels, stand d’information animé par la responsable qualité et gestion des risques, distribution de rubans roses  distribution de rubans roses, etc. La clinique en a profité pour faire la promotion du Challenge du Ruban Rose, marche ou course, qui aura lieu le 26 octobre prochain. Octobre Rose au pas de course !

 

 

Dr Denis Franck
Président de l’Association française de cancérologie – Union nationale hospitalière privée de cancérologie

Que démontrent les résultats de l’étude présentée par Le Dr Khorana en séance plénière de l’Asco dernièrement à Chicago ?

Précisons tout d’abord que l’Asco est le grand congrès annuel de cancérologie qui accueille 40 000 personnes, et également que le Dr Khorana a publié son étude sans la revue Plos One début septembre.

L’étude observationnelle du Dr Khorana démontre qu’au-delà de 4 semaines, chaque semaine suppplémentaire de délai de prise en charge est une perte de chance pour les patients qu’il évalue à une augmentation du risque de mortalité absolue de 1,2 à 3,2 % pour différents types de cancer.

Il met en relief deux aspects : le premier est purement statistique et le second est l’anxiété des patients lorsque le délai de prise en charge est long. L’INCa le dit par ailleurs. Le délai jusqu’au début du traitement pour des nouveaux patients diagnostiqués leur cause une angoisse et peut avoir des effets adverses.

Quelle est sa méthodologie ?

Son étude observationelle est extraite de la base américaine de données du cancer qui comprend plus de 3,6 millions de patients concernés par les cancers du sein (1,3 million), de la prostate (944 000), du côlon (662 000), des poumons (363 000), du rein (262 000) et du pancréas (71 000).

Pour des cancers nouvellement diagnostiqués à des stades précoces, il a trouvé une signification statistique importante à moins et plus de 4 semaines. C’est à dire entre le diagnostic du cancer jusqu’au traitement initial quel qu’il soit – chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie. Sa démonstration tient en 2 courbes : en abscisse, se trouvent les mois écoulés depuis le début du traitement, et en ordonnée, la probabilité de survie globale. Les deux courbes se séparent d’emblée, et à 5 ans, ont une significativité statistique très importante en faveur d’un traitement initié dans les 4 premières semaines après le diagnostic.

Quels enseignements en tirez-vous ?

Les actuelles discussions sur les nouvelles autorisations en cancérologie qui seront données aux établissements de santé ne peuvent pas ignorer ces résultats. L’item premier exigé d’un établissement devrait être une prise en charge dans des délais inférieurs à 4 semaines après le diagnostic.

Dans le secteur privé en cancérologie, nous sommes très performants précisément sur le délai de prise en charge. Il faut qu’on en fasse un cheval de bataille parce que c’est l’intérêt des patients.

 

Crédits photo : Cocktail Santé, Hôpital Privé Paris Essonne Les charmilles, Centre Clinical, CMC Les Cèdres, Clinique Saint-Joseph, Clinique Pasteur , Clinique Victor Pauchet , Polyclinique de la Baie , Clinique de l’Europe , Clinique Saint Charles , Clinique François 1er